Cameroun – SONATREL : l’opérationnalisation de la Société de transport de l’électricité prend forme

l’opérationnalisation de la Société de transport de l’électricité prend forme | DR
l’opérationnalisation de la Société de transport de l’électricité prend forme | Illustration/DR

Les experts des consortiums internationaux CPCS-Eia Grid International-Jing & Partners et RTE International, sont à pied d’œuvre au Cameroun depuis quelques jours en vue, principalement, d’aider à l’opérationnalisation de la Société nationale de transport de l’électricité (SONATREL) du Cameroun, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de l’Eau et de l’Energie (MINEE).

Cette mission, également constituée de responsables de l’opérateur Eneo, de l’Agence de régulation du secteur (ARSEL) et d’Electricity Development Corporation (EDC, société de patrimoine), consistera notamment en la séparation comptable et juridique des activités de transport au sein d’Eneo, au transfert de celles-ci à la SONATREL ainsi qu’aux activités intermédiaires.

Entreprise de patrimoine, cette structure créée octobre 2015 aura pour principales missions le transport de l’énergie électrique et la gestion du réseau de transport, pour le compte de l’Etat, des domaines jusque-là dévolus à la société de distribution.

La SONATREL sera notamment vouée à l’exploitation, la maintenance et le développement du réseau public de transport d’énergie électrique et de ses interconnexions avec d’autres réseaux, la gestion des flux d’énergie électrique transitant par le réseau public de transport, la planification, la réalisation des études et la maîtrise d’ouvrage des infrastructures et ouvrages de transport d’électricité ainsi que la recherche et la gestion de financements y relatifs.

Le consortium, conduit par l’entreprise française RTE International, avait été choisi au terme d’un appel d’offres international en vue d’accompagner la mise en place de la société de transport de l’électricité pour une prestation de 2,9 milliards FCFA.

La Banque mondiale, pour sa part, avait marqué sa disposition à appuyer le lancement de ses activités grâce à des financements de quelque 660 milliards FCFA.

Interrogé en début avril dernier par APA le directeur général de l’opérateur Eneo, Joël Nana Kontchou, se réjouissait de l’avènement de cette structure.

« En interne, nous sommes prêts et avons déjà procédé à la séparation des comptes. Le plus difficile, ce sera certainement sur la gestion du personnel. Nous devons pour cela discuter avec les syndicats pour voir comment cela va marcher. Il faudrait aussi que tout le protocole de fonctionnement se mette en place. Il est important de travailler avec eux pour que les choses se passent facilement ».

Par © CAMERPOST