Cameroun : la SONARA en capacité de traiter le brut lourd

Cameroun : la SONARA en capacité de traiter le brut lourd

La Société nationale de raffinage (SONARA) dispose désormais d’une unité de traitement de pétrole brut lourd, ce qui traduit l’avancement des travaux d’extension et de modernisation de l’unique raffinerie du pays, a-t-on appris lundi auprès de cette entreprise publique.

A en croire le directeur général de la SONARA, Ibrahim Talba Malla, « le  fait de disposer d’une unité de distillation sous vide nous permet déjà  de traiter le brut lourd à l’instar du brut camerounais », a-t-il r     assuré.

Pour le moment, il ne s’agit pas encore d’un procédé rentable, au regard  de la quantité marginale de la production nationale, d’autant que «  pour raffiner le brut lourd d’une manière plus rentable et plus  compétitive, la raffinerie doit se doter d’une unité de transformation  plus complexe et c’est effectivement la finalité de l’installation de  l’hydrocraqueur pour la deuxième phase dont les travaux n’ont pas encore  démarré ».

Construite en 1981, cette raffinerie est devenue obsolète au regard de l’évolution technologique dans le secteur.

La remise en état de cette raffinerie engagée en 2010 vise trois  objectifs à savoir : un objectif stratégique consistant à maximiser le  traitement de brut camerounais et de la zone Communauté économique et  monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Un objectif économique permettant d’atteindre la capacité optimale de  traitement de l’unité de distillation de 2,1 millions de tonnes par an à  3,5 millions de tonnes par an et un objectif commercial visant à  maximiser la production des produits qui se valorisent mieux et qui  répondent à la demande du marché local et régional.

A ce jour, les travaux sont réalisés à 94% alors que la SONARA prévoit  un arrêt au mois d’octobre et novembre 2017 pour connecter les nouvelles  unités aux anciennes.

Avec la fin de la première phase « nous allons pouvoir augmenter la  capacité de raffinage de 2,1 millions de tonnes à 3,5 millions de tonnes  par an et accroître la flexibilité d’exploitation grâce aux nouvelles  capacités de stockage et autres offsites », a déclaré le directeur  général.

© CAMERPOST avec APA

Poster un Commentaire

26 Commentaires sur "Cameroun : la SONARA en capacité de traiter le brut lourd"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Paul Guerin Nguimouth Fils

Projet initié par M. METOUCK et financé par Afriland First Bank. Bravo

Léopold Oswald TK

Hélas il est en prison

Isabelle Kenfack

apparemment tu y es pr kelke chose

Hervé Villard Bella Assola

j’esper l’essence baissera.

Michel Abanda

Mieux vaut tard que jamais.

Drigo Drigo

Il a fallu du temps.

Denis Chef

Et puis quoi, avec la dévaluation dans les chaussures africaines.

Yannick Christian Ndjike

Les projets du Cameroon…hum

Thierry Tekatsia

J’espère que un jrs on vendra le litre d’essence a 500fca

Christian Sieyogi Miachoua

Mon a t’a dit k c le Cameroun qui fixe le prix du litre a la pompe.

Bä Bël

Nous espérons juste voir dans les prochaines années le pétrole camerounais sur le marché national, en espérant une satbilité des coût du carburant à la pompe….

Christian Sieyogi Miachoua

Ou va cette argent (bénéfice)de la sonara et de la Snh?

Moussa Kouotou

Mais pourquoi sa coute toujours chair dans des stations

Richard Ngalle

Ca apporte quoi apres aux camerounais? ?

Dominick Enada

Pétrole et pauvreté en Afrique. ..

Firmin Toua

LES CRISES IMPOSENT DES EFFORTS, DEBUT D’INDUSTRIE LOURDE, C’EST BIEN!

Mc Leprinco

Espérant que d autre résidu comme le bitume seront utilisé au pays pour les routes moins chers.

Rodrick Maxime Bonga

L’extention n’est pas encore acheve!!

Armel Roméo

Il n’y aura aucun changement dans le quotidien des camerounais elle permettra à cette entreprise d’avoir une autonomie financière , et peut être à long terme contribué au payement de nos multiples dettes .

Hermance Flore Kenfack

G ne savais mm pas qu’il traitait d’abord du ”brut léger”. Donc pour ce qui est du ”brut lourd” g n’en parle mm pas! En tout tout ce qui contribue au bien de mon pays g valide.

Durand Rolihlahla Le Kamit

Les spécialistes du pétrole nous disaient que les dérivés du brut coutent chers au Cameroun parce que nous achetons le brut léger sur le marché international pour le faire raffiner jadis par la Sonara dont les installations n’étaient pas à même de raffiner le brut lourd produit par le Cameroun. Maintenant que cette contrainte est levée, nous attendons des baisses significatives des coûts des produits petro-gaziers sur le marché interne.

Durand Rolihlahla Le Kamit

Vivement que la CSPH agisse plus qu’avant !

Theodore Vianie Bama Tong

Cet information n’est pas fondée!!

Yannick Djousse

Que le pétrole baisse

Alain Mbang

Les colons viennent traiter mon petrole chez moi pour rentrer chez lui avec et on veut que je m’en rejouisse?

Christopher Ebella

Levee par qui? La France? Vous rever ou qoi?_La France peut accepter que son esclave le Cameroun produire son propre petrol?

wpDiscuz