Cameroun : la société civile interpellée pour un retour à l’accalmie dans les zones anglophones 

La société civile interpellée pour un retour à l’accalmie dans les zones anglophones | © REUTERS/Stringer

L’Association pour le Développement Intégré et la Solidarité Interagissante (Adisi-Cameroun) basée à Douala appelle la société civile à une synergie de groupe pour assurer ensemble un accompagnement moral, psychologique et juridique des familles éprouvées et des victimes ; Se prononcer sans complaisance sur la situation ; S’associer afin de confronter l’Etat du Cameroun à propos des violations du droit international en coupant internet. A ce sujet, Adisi revient sur les propos du Rapporteur spécial de l’ONU pour la liberté d’expression. David Kaye qui a publié une déclaration le 10 février 2017, dans laquelle il rappelle qu’une « coupure Internet de cette ampleur  viole le droit international – non seulement elle supprime le débat public, mais prive également les camerounais de l’accès à des services essentiels et à des ressources de base».

Mettre sur pied une cellule de veille pour authentifier et documenter les violations des citoyens telles que les arrestations etc. ; Appeler les autres acteurs de la société civile du pays à prêter main forte à ceux des régions en crise, voilà ce que recommande aussi Adisi-Cameroun dans un rapport publié et dont CAMERPOST a parcouru. Aux autorités, il est demandé de respecter le droit des citoyens interpellés au procès équitable; le Code de procédure pénal dans une situation non déclarée d’exception par les autorités ; la présomption d’innocence ; Le principe de sacralité des lieux de culte selon le droit canon ; Les missions de la Commission nationale des Droits de l’Homme et des Libertés.

« La suppression des réunions d’orientation et de consignes avec les médias la veille d’évènements majeurs ; Le rétablissement sans condition et dans l’immédiat de la connexion internet, le retour à la table de dialogue et la structuration de ce dernier », ne sont pas en reste, d’après le secrétaire exécutif de Adisi-Cameroun.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

PARTAGER