Cameroun : signature d’un contrat pour la relance de la filière Coton-Textile-Confection

Cameroun : signature d’un contrat pour la relance de la filière Coton-Textile-Confection

Louis Paul Motaze, Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) est à Douala depuis hier, 12 juillet 2017. Il vient de signer un contrat et des cahiers de charges relatifs au projet pilote de relance de la filière Coton-Textile-Confection Buetec Clusters. Plus de détails avec CAMERPOST.

Redonner vie à l’un des fleurons de l’économie camerounaise

Le projet pilote a une durée de 18 mois. Il vise à s’appuyer localement sur une entreprise verticalement intégrée à fort potentiel, Buetec, pour organiser un certain nombre d’opérateurs en aval de la filière en clusters. Le Minepat est donc lié par un contrat au cabinet Ligne rouge Consulting, chargé de la mise en œuvre dudit projet. Des cahiers de charge lient aussi le Minepat à Buetec et aux clusters.

D’après Louis Paul Motaze, il est question de « faire des clusters un outil de promotion de l’investissement privé et de la dynamisation de la croissance économique ». Il explique que si le gouvernement veut contribuer à relancer la filière Coton-Textile-Confection c’est parce que « notre pays dispose de nombreux atouts et savoir-faire via de nombreux sous-traitants ou artisans-couturiers, de stylistes, maîtres-tailleurs et autres modélistes, mais très peu valorisés ».

Pourquoi le choix sur Buetec ?

Et donc le potentiel reste quasi-entier. Mieux encore, le Cameroun compte au nombre de ses unités industrielles des entreprises emblématiques, à l’instar de Cicam, Buetec, Ficelle, Sitraco, et autres qui exportent déjà leurs produits dans la sous-région et même au-delà.

Le ministre soutient que Buetec est l’unique entreprise en Afrique de l’Ouest et du Centre qui soit verticalement intégrée dans la filière Coton-Textile-Confection. Elle transforme le fil Cicam (où à défaut importé), en tissu, qu’elle teint par la suite pour la confection et la production des vêtements.

Le Cameroun importe environ 200 milliards de Fcfa dans les produits textiles

De plus, Buetec œuvre dans l’embellissement. Elle opère, en d’autres termes, dans les activités d’embellissement comme la broderie, la sérigraphie. « C’est donc en raison de cela que Buetec a été retenue pour servir de point d’ancrage à ce projet de clusters dans la ville de Douala », renchérit Louis Paul Motaze.

Pour mieux édifier sur l’importance de la filière supra, le ministre dit que le Cameroun importe environ 200 milliards de Fcfa dans les produits textiles ; alors que le chiffre d’affaires de cette filière était de 142 milliards de Fcfa en 2013, dont 125 milliards générés par les moyennes et grandes entreprises.

© CAMERPOST par Linda

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz