Cameroun – Session parlementaire de mars : la question relative à l’élection présidentielle anticipée sera-t-elle sur la table des élus ?

Jean Nkuété, secrétaire général du comité central du RDPC. | Photo d'archives
Jean Nkuété, secrétaire général du comité central du RDPC. | Photo d’archives

Visiblement le calendrier politique camerounais connaitra des chamboulements dans les prochains mois. L’ouverture de la session parlementaire du mois de mars devrait enregistrer le dépôt de plusieurs projets de lois dont certains sur la modification de la loi fondamentale.

Le retour du Président camerounais au bercail après un court séjour privé en Europe le lundi 14 mars 2016, a été marqué par la longue audience qu’il a accordé au secrétaire général du RDPC, Jean Nkuété. Certaines indiscrétions laissent croire qu’il a principalement été question de bien préciser les consignes quant au renouvellement des présidents des deux chambres qui constituent le parlement camerounais le Sénat et l’Assemblée Nationale. Des sources introduites dans le RDPC ajoutent qu’il était également question de jeter les bases d’un futur congrès du RDPC. Mais qu’est ce qui pourrait justifier la tenue d’un congrès cette année ? Pourrait-on s’interroger.

 D’abord il y’a selon un élu du peuple issu des rangs du RDPC, il y a l’évidence de l’organisation d’une élection anticipée. Les appels du peuple et autres motions de soutien sont dans ce sens la première étape du processus il est question de préparer l’opinion publique à l’idée d’une élection anticipée c’est une sorte de sondage d’opinion.

Ensuite, cette éventualité implique nécessairement la révision de la loi fondamentale du Cameroun. La session de mars devrait connaitre des projets dans ce sens, notamment la durée du mandat présidentielle, la majorité électorale, l’institution d’un poste de vice-président…

Enfin l’organisation par le RDPC d’un congrès serait le prétexte pour le Président Paul Biya de répondre aux différents « appels » et autres motions qui lui demandent de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle.  « Si d’aventure l’élection présidentielle était anticipée, elle devrait se tenir avant la fin de cette année 2016, c’est pourquoi au sein du RDPC il est important de redynamiser les instances dirigeantes de notre parti. Nous devons rajeunir le parti et préciser un plan de bataille et tout cela doit se faire dans le cadre d’un congrès, qui serait aussi l’occasion de débattre des problèmes internes au parti » précise notre source.

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER