Cameroun : Sergio Matterella élevé au grade de professeur honoraire de l’Université de Yaoundé I

Sergio Matterella élevé au grade de professeur honoraire de l'Université de Yaoundé Ib| DR
Sergio Matterella élevé au grade de professeur honoraire de l’Université de Yaoundé Ib| DR

Au chapitre des rituels et des symboles, la procession des enseignants restera une image forte du passage vendredi dernier au mythique amphithéâtre 700 de l’Université de Yaoundé I. Dans cet antre de la science,

ce défilé d’hommes et de femmes mûrs en toges, le pas impérial, a impressionné par sa majesté, dans une atmosphère exhalant des parfums de savoirs, avant même que le premier orateur ne prenne la parole. Et que la cascade des images ne s’enchaine : le mot de bienvenue du recteur de l’Université, la leçon du Pr Sergio Matterella, président de la république d’Italie sous le thème « Les relations entre l’Europe et l’Afrique ». La série de questions – réponses entre étudiants et l’enseignant, sous la modération du Pr Jacques Fame Ndongo, chancelier des Ordres académiques. L’élévation du Pr Matterella au titre de professeur honoraire de l’Université de Yaoundé I, dans la spécialité « Histoire des Relations Internationales ».

De la bouche de l’orateur, des affirmations qui s’imposent comme des sentences : la mondialisation et sa société d’information sont à l’origine des migrations actuelles. Elles ont à son avis exposé l’opulence de l’Europe et la précarité de l’Afrique. La migration étant nourrie par cette fuite de la précarité. Autre sentence : « les gouvernements doivent laisser derrière eux les politiques erronées qui ont permis au terrorisme d’émerger». Face à la migration ou au terrorisme, phénomènes globaux, par excellence, seule la coopération entre états peut fournir la réplique appropriée. Une similitude de vue avec le président Paul Biya, comme le faisait remarquer d’entrée, le Pr Maurice Aurélien Sosso, recteur de l’Université de Yaoundé I.

Plus loin, le président italien affirme: « les solutions aux problèmes de l’Afrique demandent des efforts mutuels ». En se félicitant de la coopération camerouno-italienne, il évoque « une alliance de cultures », s’agissant de nombreux étudiants camerounais formés dans son pays.

Le temps de la modération du jeu « questions-réponses », le Pr jacques Fame Ndongo a présenté le tableau de l’enseignement supérieur au Cameroun : 5000 enseignants, 4500 personnels d’appui et 500 000 étudiants pour 214 institutions universitaires dont huit universités d’Etat, 200 instituts privés d’enseignement supérieur, deux universités numériques, la zone Franche universitaire et des universités panafricaines pour compléter le décompte.

Source : © Cameroon Tribune

Par MONDA BAKOA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz