Cameroun – Serge Eric EPOUNE : « La CAN, un bon prétexte pour relancer le tourisme dans le Sud-ouest »

Pour Serge Eric EPOUNE, le chef de la Cellule de Communication du Ministère du Tourisme et des Loisirs, la CAN un bon prétexte pour relancer le tourisme dans le Sud-ouest | © Twitter/DR
Pour Serge Eric EPOUNE, le chef de la Cellule de Communication du Ministère du Tourisme et des Loisirs, la CAN un bon prétexte pour relancer le tourisme dans le Sud-ouest | © Twitter/DR

L’occasion fait le larron et le Ministère camerounais du Tourisme va saisir la perche, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations de Football qui se tient dans le pays du 19 novembre au 03 décembre prochain. Entretien avec Serge Eric EPOUNE, chef de la Cellule de Communication du Ministère du Tourisme et des Loisirs.

La Can que le Cameroun abrite, c’est du pain béni pour le secteur du tourisme, après que le Nord Cameroun soit déclaré « zone rouge » ?

Non, qui a déclaré la région du Nord « zone rouge » ? Il est vrai que le septentrion est en proie aux attaques de la secte islamiste nigériane Boko Haram, mais les choses reviennent progressivement à la normale. Les touristes qui viennent au Cameroun doivent être rassurés. Il n’y a pas d’incendie dans la demeure. Notre Nord reste une destination touristique.

La localité balnéaire de Limbé accueille la poule B de cette CAN. Quelles sont les mesures prises pour assurer le plein épanouissement des touristes dans la ville de Limbé ?

Ecoutez, autant Limbé dispose de sa belle vue sur l’Océan, du paysage pittoresque des pentes du Mont Cameroun, autant la région en elle-même est arrosée de sites touristiques. Pour être plus sérieux, rappelons que le Cameroun s’est révélé au monde à travers les exploits des Lions Indomptables en 1982et en1990. Et donc, ne demandé pas de rater cette opportunité. Nous tenons à remplir le cahier de charge de la CAF, à savoir- hôtellerie, hébergement, restauration et surtout le loisir avant les rencontres, entre deux matchs et après. Vous convenez que le tourisme représente 60% des conditions de réussite d’un évènement sportif. La sécurité n’a pas été laissée de côté.

Après la compétition, le ministère abandonne le Sud-ouest ?

Non, le ministère, n’a jamais négligé le Sud-ouest. C’est d’ailleurs l’une des grandes destinations touristiques du pays. Chaque le ministère investit énormément dans cette région. Après cette CAN féminine, il ya la CAN masculine. Des investissements sont en cours dans des zones comme Mudemba, Kumba, bakassi. Depuis trois ans le ministre a lancé un projet de recherche des sites pour ne rien laissé car il existe d’autres sites nos répertoriés.

Pour les réfections, quoi de concret ?

Les plus grands établissements hôteliers connaissent des extensions. Ils passent de trois étoiles à quatre. L’hôtel le plus proche de la mer connait des aménagements mais après cette compétition, il sera rasé et ce qui sortira de terre pour 2019, n’aura rien à envier à ce que nous voyons dans les grands pays du monde. Le mont Cameroun, c’est la plus grande attraction ici. Désormais, les touristes emprunteront une route carrossable de 2,5km au pied du mont. Il ya des écologes qui sont en cours de construction. Le Mont Cameroun à la longue va concurrencer le Mont Kilimandjaro en termes de confort touristique.

Des assurances, y’a-t-il ?

Nous rassurons la communauté nationale et internationale que les petits plats sont mis dans les grands pour que la prochaine CAN soit un véritable moment de partage et de loisirs.

© CAMERPOST – Entretien réalisé par Augustin TACHAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz