Cameroun – Sdf : la région du Littoral va connaître son nouveau président demain

Des militants en route pour élire leur nouveau président régional du Littoral | © CAMERPOST / Linda Mbiapa
Des militants en route pour élire leur nouveau président régional du Littoral | © CAMERPOST / Linda Mbiapa

Dimanche le 16 octobre 2016 est un grand jour pour la principale formation politique de l’opposition. Après un processus électoral sous haute tension comme le remarque depuis plus d’un mois CAMERPOST dans les différentes circonscriptions électorales, c’est demain que les élections au poste de président du Social Democratic Front (Sdf) pour la région du Littoral auront lieu. Mais avant ce jour, on aura eu droit à des dénonciations par ci, des affrontements entre militants par là et bien sûr des batailles des clans.

Sur ce dernier point, on garde à l’esprit les accusations du candidat Célestin Djamen contre le président sortant l’Honorable Jean Michel Nintcheu. Le premier estime avoir tout pour briguer ce poste de sorte à faire régner la paix au moment où la région est très mal gérée, dit-il. « Je ne suis pas là pour vaincre un candidat. Je ne suis pas là pour vaincre Monsieur Nintcheu. Je suis là pour conquérir la présidence de la région du Littoral. Ce n’est pas la même chose. Je ne suis pas là contre quelqu’un même si je dénonce. Je suis là pour les militants », explique-t-il. Et de poursuivre : « c’est eux qui revendiquent un animateur qui saura remonter l’image de ce parti dans la région du Littoral. Quand on travaille, on pense d’abord à ceux qui vont vous apporter leur soutien. Je suis là pour proposer aux militants des projets ». Pour ce candidat : « un homme politique doit se soucier de ce que veulent les militants. Qu’il s’agisse des problèmes relationnels, logistiques, juridiques. Il ne l’a jamais fait. En conséquence, regardez le bilan régional de Monsieur Nintcheu. Le Sdf trois députés dans tout le Littoral; le Sdf trois communes dans tout le Littoral. Ce n’est pas admissible ».

Division

Or, pour sa part, Jean Michel Nintcheu, président régional sortant du Sdf-Littoral déclare : « je considère la candidature de Djamen comme une recherche effrénée de l’effet d’annonce ». L’homme politique, face aux accusations de son camarade souligne que : « le camarade Djamen comme dit l’adage n’est qu’un tonneau vide. Et les tonneaux vides font beaucoup de bruits. Djamen veut attirer l’attention sur sa personne. Il veut se faire une publicité gratuite. Il sait très bien qu’il ne représente rien. Et que les élections, ça n’aura aucune importance pour Djamen. Il n’aura jamais plus que sa propre voix ». Pour l’Honorable, son bilan n’est pas négligeable car  « quand je prends les rênes de cette province (à l’époque on appelait ainsi), nous avions zéro mairie. Aujourd’hui, malgré les fraudes électorales, nous avons trois députés, nous sommes représentés pratiquement dans toutes les communes du Wouri. Nous avons gagné Douala 3ème qui est la plus grande commune du Cameroun. Nous avons gagné la commune de Jombé-Penja et celle de Loum. Nous avons des conseillers municipaux dans la Sanaga maritime ».

Outre tous ces différends qui ont agité le parti dernièrement, le grand jour c’est demain, et les urnes parleront. Pour l’heure, les militants espèrent que tout se passera sans troubles majeurs.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa