Cameroun : SCTM, leader du marché du gaz, menacé de suspension par la corporation des pétroliers

Jean Perrial Nyodog, DG de Tradex et président du Groupement des professionnels du pétrole | DR | Archives/DR
Jean Perrial Nyodog, DG de Tradex et président du Groupement des professionnels du pétrole | DR | Archives/DR

Le Groupement des professionnels du pétrole (GPP), interprofession des opérateurs de la filière distribution des produits pétroliers au Cameroun, menace de suspendre les approvisionnements de la Société camerounaise de transformation métallique (SCTM), le leader du marché de la distribution du gaz domestique dans le pays, avec plus de 40% de parts du marché.

Jean Perrial Nyodog, DG de Tradex et président du GPP, a évoqué cette menace au cours d’une récente réunion au ministère du Commerce, accusant la SCTM de ne plus s’acquitter des droits de transfert pour l’approvisionnement en produits pétroliers. En effet, au Cameroun, le GPP fixe annuellement, de concert avec les autorités publiques, le chronogramme des importations des produits pétroliers sur le territoire camerounais, et désigne les importateurs en son sein.

Une fois les cargaisons importées, pour en assurer la distribution sur leurs réseaux, les autres marqueteurs doivent s’acquitter de frais y afférents auprès de l’opérateur ayant importé le produit. Ce sont ces frais que la SCTM ne parvient plus à payer depuis longtemps. Selon certaines sources au ministère du Commerce, qui a été saisi de cette question depuis au moins un an, cette dette (vis-à-vis de Tradex notamment) due par la SCTM dépasserait de nos jours la somme de 2 milliards de francs Cfa. Jusqu’ici, apprend-on, les payements échelonnés proposés par la SCTM aurait été refusés par le créancier, celui-ci jugeant insignifiants les montants annoncés par la SCTM.

Face à cette impasse, le leader du marché de la distribution du gaz domestique au Cameroun est donc désormais menacé de suspension des approvisionnements. Une situation qui entraînerait inévitablement des tensions sur le marché du gaz domestique, au regard du poids de la SCTM dans ce secteur d’activités. Certains experts de ce secteur n’hésitent d’ailleurs pas à accuser la SCTM de surfer sur cette position de leader, capable de déséquilibrer le marché à tout moment, pour ne pas se hâter de s’acquitter de certaines obligations vis-à-vis de ses pairs.

Source : © Investir Au Cameroun

Par BRM