Cameroun – Samuel Diogne : « nous produisons 100 pièces de chariot à gaz par semaine »

Samuel Diogne, ingénieur en génie civil | © CAMERPOST / Augustin Tacham
Samuel Diogne, ingénieur en génie civil | © CAMERPOST / Augustin Tacham

Des jeunes camerounais produisent depuis plusieurs mois des charriots de transport des bouteilles de gaz domestiques pour venir en aide aux ménagères. Activité innovante avec des difficultés énormes. Entretien avec l’inventeur, Samuel Diogne, un ingénieur en génie civil, installé dans la capitale économique Douala.

D’où vous est venue l’idée de mettre sur pied cette machine ?

Le contexte social du pays a favorisé cette initiative. Il faut dire que notre unité fonctionne depuis près de deux ans. Nous fabriquions avant des brouettes à ordures. Et donc avec la pénurie de gaz butane, les gens transportaient sur de longues distances des bouteilles de plus de 12,5kg sur la tête, et nous nous sommes dit, pourquoi ne pas faciliter la tâche aux femmes.

Quel est le coût de la production de cet outil ? 

Nous utilisons le fer forgé. Il est acheté à la quincaillerie sur place. Nous nous servons des cornières, des tôles de fer. De la peinture de qualité pour éviter que l’outil ne rouille. Un matériel cher bien sûr qui place la vente de l’unité à 34 000 FCFA. Dans notre entreprise nous sommes douze employés. Produire un outil nous prend six heures de temps.

Comment fonctionne cet outil ?

Il ya une position d’installation. On met la bouteille au milieu de la machine qui est pliable. Un demi-cercle permet de stabiliser la bouteille sur l’appareil. On met l’outil en position de déplacement. Un autre dispositif permet de régler la machine à sa taille. Deux roues permettent de circuler librement en trainant notre voiturette. Le contexte camerounais est aidé par la moto qui parcourt les rues et ruelles de nos quartiers. Et donc, si on emprunte une moto, la bouteille bien enfourchée sur le porte bagage de la moto n’occupe pas le siège. Il est juste accroché à l’arrière par un système de vis.

Quelles sont vos ambitions à cour terme, moyen et long terme ?

Notre ambition immédiate, est de trouver des partenaires pour la fourniture du matériel qui est notre talon d’Achille. Si le matériel de qualité est fourni, nous allons accroitre le personnel et surtout réduire le prix à l’unité. Il pourra passer de 34 000 à 15 000 FCFA. La production hebdomadaire est de 100 pièces. Un nombre qui peut croître si nous avons plus de moyens. Je rappelle qui nous sommes une micro entreprise qui a des activités multiples. Pour l’instant, nous expérimentons un type de peinture adapté car nous achetons de la peinture à l’étranger pour nos productions actuelles. Des fois, il ya suspension de la production parce que le matériel venant de l’étranger n’est pas disponible.

© CAMERPOST – Propos recueillis par Augustin Tacham

  • Oû trouver ce charriot à Dla ?

  • FÉLICITATIONS MES FRÈRES!! CETTE INVENTION NOUS AIDERA A TRANSPORTER NOS BOUTEILLES DE GAZ FACILEMENT!!!

  • braaaavooooooohhhhhh!!!!!!!

  • Très ingénieux, félicitations ! Mais ces charriots à roulettes vont-ils arriver à circuler sur nos pistes boueuses ?

  • Good

  • Félicitations tu devrais juste voir le prix ki doit être à la porté de tous