Cameroun : Saisie de près de 340 tonnes d’emballages non biodégradables – 20/01/2015

Enoh Peter Ayuk, directeur de la norme au ministère de l'Environnement. © iisd.ca
Enoh Peter Ayuk, directeur de la norme au ministère de l’Environnement. © iisd.ca

Près de 340 tonnes d’emballages non biodégradables ont été saisies au Cameroun depuis le lancement de la phase de répression en avril 2014, a-t-on appris auprès des services compétents du ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature.

Malgré la campagne de répression engagée par les autorités contre l’usage des plastiques non biodégradables, ceux-ci continuent de circuler à travers le pays, aussi bien dans les marchés et autres grandes surfaces.

D’importantes cargaisons sont encore en circulation, raison pour laquelle le ministère de l’Environnement compte intensifier les contrôles et les sanctions à l’encontre des contrevenants.

L’objectif visé est sinon de faire disparaître ces emballages désormais indésirables, du moins aller bien au-delà des 334 tonnes d’emballages en plastique non biodégradables saisis sur le territoire camerounais depuis avril 2014, révèle Enoh Peter Ayuk, directeur de la norme au ministère de l’Environnement.

Selon toute vraisemblance, la décision prise par le gouvernement camerounais d’interdire les emballages non biodégradables porte déjà ses fruits si l’on s’en tient à la réduction de la quantité de ce type d’emballages, affirme-t-on à la société Hygiène et salubrité du Cameroun (HYSACAM) chargée de la gestion des ordures ménagères.

L’interdiction de la production et de la commercialisation des emballages non biodégradables a amené des opérateurs du secteur à s’arrimer progressivement à la nouvelle donne, en adoptant les emballages biodégradables qui ont provoqué le renchérissement des coûts entre 100 francs CFA et 200 francs CFA en moyenne, selon différents standards.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz