Cameroun – Route Waza-Dabanga : les Chinois refusent de poursuivre les travaux – 26/05/2014

Après l’enlèvement de 10 ouvriers chinois sur le chantier dans la nuit du 16 au 17 mai dernier, par les membres de la secte Boko Haram, les travaux de l’axe routier Waza-Dabanga sont suspendus.

Construction d'une route - Photo d'illustration.
Construction d’une route – Photo d’illustration.

Le gouverneur de la région de l’extrême nord Awa Fonka Augustine a effectué le vendredi 23 mai une visite au camp de l’entreprise Sinohydro. Il était principalement question pour le patron de la région de l’extrême nord, de rassurer les ouvriers tout en leur demandant de reprendre le travail. En effet depuis le 17 mai dernier, date de l’enlèvement de 10 ouvriers chinois sur le chantier par les membres de la secte Boko Haram, les travaux sur l’axe Waza-Dabanga sont suspendus. Les entreprises chinoises chargées de la réhabilitation de cette voie estiment désormais que leur sécurité n’est pas garantie sur le chantier, elles exigent avant toute chose que leurs compatriotes soient libérés. Ces revendications conditionnent la reprise des travaux. En compagnie du 3eme secrétaire de l’ambassade de chine au Cameroun, représentant l’ambassadeur, le gouverneur de la région de l’extrême-nord   a rassuré les employés en affirmant que l’Etat camerounais ne ménage aucun effort pour retrouver les 10 chinois enlevés. Awa Fonka Augustine, a également rencontré les autorités administratives et traditionnelles. Il leurs a demandé de collaborer d’avantage avec les autorités administratives et les forces de défense pour mettre fin aux actions de la secte Boko Haram.

En rappel, dans la nuit du 16 au 17 mai dernier, les membres de la secte Boko Haram ont attaqué le camp de l’entreprise Synohydro. Cette attaque à fait 23 victimes dont 22 membres de la secte et 1 sergent du BIR. 10 véhicules ont été emportés par les assaillants ainsi que des explosifs et une arme à feu.

© Camer Post – Hakim ABDELKADER