Cameroun – Revenge Porn : la complainte autobiographique de Nathalie Koah, l’ex-copine de Samuel Eto’o

Nathalie Koah, auteure du livre " Revenge Porn ". | © DR
Nathalie Koah, auteure du livre ” Revenge Porn “. | © DR

La cour d’appel de Paris a confirmé, vendredi, l’ordonnance rendue le 16 février dernier interdisant aux éditions du Moment la publication de l’ouvrage « Revenge Porn – Foot, sexe, argent : le témoignage de l’ex de Samuel Eto’o » écrit par Nathalie Koah qui mêle luxure, luxe et déviances sexuelles supposées de l’international camerounais de football.

Dans ce livre autobiographique de 218 pages dont APA a pu obtenir copie, la dame de 29 ans raconte, vu de son angle, ses «six ans et quelques mois d’amours clandestines» (2007-2014) avec un athlète qui, couvert de gloire et d’argent, a un jour croisé la route d’une jeune fille issue d’une famille modeste.

Un jour, en pleine crise d’adolescence, Nathalie Koah décide de s’affranchir de sa condition sociale, de ne plus souffrir, de ne plus s’attacher à un homme, surtout les riches : « C’est moi qui vais maîtriser le jeu. Profiter de ma beauté pour profiter de leur argent. Et devenir la grande dame enviable, désirable, à laquelle je veux ressembler. »

Couverture de " Revenge Porn " de Nathalie Koah | © Editions du Moment
Couverture de ” Revenge Porn ” de Nathalie Koah | © Editions du Moment

Fiancée à un jeune compatriote résidant en Suisse, qu’elle laissera tomber plus tard, sa route croise un jour celle du jeune prodige devenu une star du ballon rond mondial.

« A cet instant, je suis d’ailleurs loin de porter sur lui le regard d’une femme séduite. Je suis juste une gamine émerveillée par la vision d’une légende vivante. »

Elle « aime sa voix douce, son franc-parler, son humour ravageur. Son patriotisme aussi » : ainsi naît un flirt qui se transformera en idylle d’abord par téléphone interposé, puis physique.

Dès cet instant, Nathalie Koah, qui affirme pourtant ne pas vouloir dépendre d’un homme et sait pertinemment que Samuel Eto’o partage sa vie avec une autre femme, est couverte de cadeaux hors de prix, effectue moult voyages en Europe, descend dans les meilleurs hôtels et se laisse entraîner dans le faste et le luxe.

On la découvre tantôt allumeuse, tantôt pudique, une autre fois jalouse lorsqu’elle n’est pas clairement préoccupée par le profit. Difficile de faire la différence entre la sincérité des sentiments et les intérêts bassement matériels.

Nathalie Koah, maîtresse rêvant d’un improbable prince charmant en crampons, décrit Samuel Eto’o un coup comme un homme généreux, l’instant d’après comme un pervers, un coureur de jupons colérique mais qu’elle ne veut pas perdre.

Les scènes orageuses défilent au fil des pages, mais l’amante frustrée continue de s’accrocher à un espoir chimérique de rupture d’un célèbre footballeur avide de sexe d’avec sa dulcinée, à son profit.

« Tu sais, j’ai déjà fait beaucoup de choses dans ma vie sur ce plan-là. Je suis quelqu’un qui s’ennuie très vite. Je peux avoir toutes les filles que je veux. Mais toi, tu es différente, je sais que tu m’aimes vraiment. J’aime être avec toi, mais notre relation sera plus forte encore si tu réussis à entrer dans mon monde. Tu deviendras alors incontournable dans ma vie », lui glisse un jour Samuel Eto’o.

Ce «monde», elle le découvrira lorsque son petit ami lui avouera qu’il «aime bien regarder [s]a copine faire l’amour à un autre homme».

Nathalie Koah avoue, avec force détails, avoir plusieurs fois satisfait à ces fantasmes avec des amis du joueur-voyeur, mais s’être trouvée en butte à des exigences toujours plus contraignantes mais difficiles à assouvir.

Au passage, Samuel Eto’o, sous la plume de son ex, égratigne des dirigeants et entraîneurs européens ayant tout fait pour qu’il ne décroche pas le Ballon ou l’ayant traité avec moins d’égards, du fait de la couleur de sa peau.

Et puis vient le temps de la rupture, qui précède des enquêtes et procédures judiciaires pendant lesquelles il est demandé à la jeune dame de rendre les multiples présents reçus de son amant.

Aujourd’hui, si Nathalie Koah, « actrice principale d’un feuilleton fait d’amour, de sexe et d’argent, qui a secoué le football africain et mondial, et qui mérite désormais de se terminer » avoue que les blessures ne sont pas totalement refermées, elle affirme néanmoins avoir repris une vie quasiment normale.

Aux femmes d’Afrique et d’ailleurs, elle appelle « à ne plus se laisser marcher sur les pieds, et à puiser le courage nécessaire pour faire face aux hommes puissants qui, un jour peut-être, tenteront de leur faire croire que la loi ne s’applique qu’aux faibles. Ils ont tort ».

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz