Cameroun – Revendications dans le Nord-Ouest et le Sud-ouest : Au tour du gouvernement de durcir le ton

René Emmanuel Sadi, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation | Ph. Archives

Dans la journée 17 janvier, Issa Tchiroma, le ministre de la Communication a réitéré que le gouvernement ne cèdera pas au fédéralisme ou la sécession, et René Sadi a interdit les groupements dénommés « Southern Cameroons National Council » et « Cameroon Anglophone Civil Society consortium ».

«Il n’y aura donc ni fédéralisme, ni sécession ». C’est l’un des propos forts prononcés par Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication (Mincom), au cours d’une conférence de presse organisée le 17 janvier 2017 à Yaoundé. Le Mincom a ainsi rappelé la position du gouvernement au sujet des revendications des syndicats d’enseignants et avocats qui ont cours dans les Nord-Ouest et Sud-Ouest qui, depuis le mois de novembre sont à l’arrêt de travail parce que exigeant des réformes propres au système anglophone et par la même occasion, le retour au fédéralisme comme dans les années 1960. Ou carrément, la sécession.

Issa Tchiroma a rappelé les propos de Paul Biya lors de son adresse à la nation le 31 décembre 2016 : « la forme unitaire de l’État est intangible et le Cameroun est et demeure un et indivisible ». Par la suite, il a martelé : « Ces propos du président de la République ont désormais vocation à servir de boussole et de feuille de route dans l’appréhension que chaque citoyenne et chaque citoyen doivent avoir de cette situation, ainsi que dans la manière dont elle doit être traitée par tous les acteurs institutionnels, politiques ou sociaux. »

Celui qui se présente comme le porte-voix du gouvernement a expliqué pourquoi l’Etat se doit de durcir le ton. Le gouvernement, relate le Mincom, avait, satisfait non pas à une, mais plutôt à deux revendications comprises dans le registre de doléances des syndicats, à savoir celles figurant aux points 5 et 9 de leur préavis de grève. C’est à ce titre que, s’agissant du point 5 qui faisait état de l’affectation dans les établissements anglophones, d’enseignants de première langue d’expression française ayant une maîtrise approximative de l’anglais, le chef de l’État a ordonné le recrutement spécial de 1 000 jeunes enseignants dotés d’une parfaite capacité de dispense des enseignements requis en langue anglaise. Sans oublier la dotation de 2 milliards de FCFA pour renforcer le système éducatif anglophone.

Une vingtaine de personnes interpellées dans le Nord-Ouest pour des casses ont été aussi libérés comme l’exigeaient les syndicalistes. Selon Issa Tchiroma, les syndicalistes de qui il était attendu la signature du communiqué consacrant la levée du mot d’ordre de grève ont exigé soit la fédération ou la sécession comme forme de l’État. Du côté des avocats, ils n’ont pas été satisfaits de la  création d’une division spéciale du Common Law au sein de la Cour suprême, pour connaître des recours provenant des juridictions implantées dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la traduction du droit Ohada en anglais et même la  création d’une division du Common Law à l’Ecole nationale supérieure magistrature (Enam). D’où le durcissement du ton du gouvernement.

Dans cette veine, Réné Emmanuel Sadi, ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minadt) a signé un décret selon lequel sont nuls et de nul effet, pour objet et activités contraires à la constitution et de nature à porter atteinte à la sécurité de l’Etat, à l’intégrité du territoire, à l’unité nationale et à l’intégration nationale, les groupements dénommés « Southern Cameroons National Council » (Snc) et « Cameroon Anglophone Civil Society consortium » (Cacsc), tout groupement apparenté ou poursuivant un but similaire ou par toute autre personne s’en réclamant.

Notons qu’après la suspension des villes mortes lancées lundi et mardi derniers par le Consortium de la société civile anglophone, les activités reprennent ce mercredi matin dans les deux régions anglophones du pays.

Source : © LE QUOTIDIEN DE L’ECONOMIE

Par Sylvain Andzongo

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Cameroun – Revendications dans le Nord-Ouest et le Sud-ouest : Au tour du gouvernement de durcir le ton"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Moumbenou Nkatchout

Un gouvernement irresponsable un régime dictatorial…il suffit de respecter tout simplement la constitution!

Moumbenou Nkatchout

Un gouvernement irresponsable un régime dictatorial…il suffit de respecter tout simplement la constitution!

Franck Meutche

mais vous brutalisez qu’en même les élèves et vous avez le courage de demander de ne pas avoir le même sort, vous mentez!

Franck Meutche

mieux vaut la dictature que de vous laisser faire vos conneries que vous faites la-bas!

Serge Gotik

Ces gens sont trop stupides ils sont a gauche dans leur façon de voir les choses

Serge Gotik

Ces gens sont trop stupides ils sont a gauche dans leur façon de voir les choses

wpDiscuz