Cameroun – Réunion des ministres des finances de la zone Franc : L’avenir du FCFA au menu

Alamine Ousmane Mey, ministre camerounais des Finances | Photo d'archives
Alamine Ousmane Mey, ministre camerounais des Finances | Photo d’archives

Les ministres des finances la zone Franc sont réunis à Yaoundé le 8 et 9 avril 2015. Il est entre autres questions de débattre sur la situation économique dans la zone ainsi que les réformes et stratégies à adopter pour faire face à la chute du prix du pétrole.

L’amélioration de la mobilisation des ressources fiscales en zone Franc ; l’adaptation des politiques publiques à la baisse des cours des matières premières. Ces thèmes et bien d’autres meublent les travaux des ministres des finances de la zone Franc. Dans le programme mis à la disposition de la presse, il n’est mentionné nulle part que la question sur l’avenir du FCFA sera évoquée. Mais en coulisses le sujet préoccupe les participants. Une question qui ne devrait pas relever du tabou d’autant plus certains Chefs d’Etats de la zone Franc ont déjà clairement évoqué la possibilité de revoir les accords économiques qui lient leurs pays à la France. A ce propos, le ministre français des finances et des comptes publics Michel Sapin soulignais en octobre dernier à Paris que : « tous les pays membres de cette zone monétaire sont libres et indépendants. Ils peuvent donc demander à rediscuter les accords monétaires qui les liens à la France. Rien n’est figé ni tabou ». Mais dans la pratique les choses ne sont pas aussi simples. Si de nombreux pays dénoncent ce qu’ils nomment l’ingérence monétaire de la France peu sont ceux qui prennent une position affichée au risque de subir le courroux de l’ancienne métropole. Il faudrait logiquement que le pays qui souhaite sortir de la zone Franc dispose d’une solution de rechange offrant les au minimum les mêmes avantages et garanties. Dans cette logique l’une des issues possibles et la création d’une monnaie unique africaine. Mais pour cela il faut nécessairement une volonté politique plus forte parce que le contexte actuel marqué par la chute vertigineuse des cours du pétrole permet une évolution.

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz