Cameroun : Retour progressif du gaz domestique

Retour progressif du gaz domestique au Cameroun | Photo d'illustration
Photo d’illustration

Samedi dernier à Maroua, la police a assisté le personnel des stations-service dans la distribution du produit afin d’éviter des incidents.

L’affluence observée, vendredi dernier, à l’arrivée du camion transportant les bonbonnes de gaz à la station-service Tradex Domayo démontrait à suffisance la longue attente des populations. Le produit avait presque disparu du circuit des commerces depuis environ deux mois. Il est exactement 16h quand le grand camion s’immobilise dans une station-service de la place. Des centaines de personnes y attendent depuis des heures. Le personnel de la station-service prend des dispositions pour faire descendre les quantités de bouteilles indiquées pour cette escale. Quelques minutes après, c’est chose faite. Rapidement, le chauffeur visiblement pressé se remet au volant. Au même moment, une jeune fille, la vingtaine environ, bondit dans la cabine du camion. Elle se saisit du volant et empêche le conducteur de démarrer le véhicule. « Vous déchargez juste quelques dizaines de bouteilles pour cette marée humaine ? Monsieur, vous mentez ! » La jeune fille est visiblement courroucée. « Tant que toutes les bouteilles de ce camion ne descendent pas, vous ne bougez pas d’ici monsieur », poursuit-elle. Elle est encouragée dans cette action par les nombreux autres clients qui ont carrément abandonné leurs bouteilles vides pour bloquer le camion. Quelques minutes plus tôt, un peu plus loin, au lieu-dit quartier Sodecoton, dans une station-service, même scénario. Les clients ont contraint le personnel à descendre 150 bouteilles sur les 400 que transportait le camion. Ici, le personnel avait prévu déposer moins de 50 bonbonnes. Vendredi et samedi derniers, dans les stations-service Total de la ville, c’était la même affluence. C’est à peine si les véhicules qui accostent les pompes pour consommer du carburant parvenaient à circuler. Le commerce du gaz est devenu à tête chercheuse, dirait-on. Certains chanceux parviennent à l’acheter à 7 000 ou 8 000 F dans les circuits informels.

Approché à ce sujet, la majorité des responsables des stations-services qui distribuent le gaz dans la ville de Maroua ont refusé de s’exprimer. Néanmoins, on apprend que cette pénurie récurrente est due au fait que les marqueteurs ne disposent pas d’assez d’emballages ni de la logistique nécessaire pour transporter le gaz du Centre d’emplissage situé à une quinzaine de kilomètre du centre-ville de Maroua. Et selon les responsables de cette structure, le gaz y est disponible en quantité suffisante.

Source : © Cameroon Tribune

Par Joël MAMAN

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz