Cameroun : Retour de l’internet dans la partie anglophone du pays

Cameroun : Retour de l’internet dans la partie anglophone du pays

Trois mois après la décision du gouvernement camerounais d’interdire l’usage de l’internet dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, les habitants de la partie anglophone du pays vont à nouveau renouer avec l’internet, suite à une décision du chef de l’Etat Paul Biya lue jeudi soir à la radiotélévision publique (CRTV).

Cette instruction du président de la République, selon le ministre de la Communication (MINCOM) et porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary, est adressée au ministre des Postes et Télécommunications (MINPOSTEL), lui enjoignant de demander aux opérateurs « de prendre des dispositions appropriées pour un retour immédiat de l’internet » dans cette partie du pays.

Les connexions internet ont été suspendues le 17 janvier 2017 par les pouvoirs publics en signe de dénonciations « des activités criminelles » alors que ces deux régions étaient traversées par une grogne sociale depuis le 21 novembre 2016, suite à une grève initiée par des avocats et des enseignants pour dénoncer « la colonisation des anglophones par les francophones».

Cette grève s’était par la suite muée en des revendications politiques, notamment, la partition du pays par des partisans du Southern national Cameroon council (SCNC), une association dissoute en décembre de l’année dernière par le gouvernement.

A en croire le porte-parole du gouvernement, « les conditions ayant présidé à la suspension provisoire d’Internet dans cette partie du territoire national ont fortement évolué».

Toutefois, le ministre de la Communication prévient que « le gouvernement se réserve le droit de prendre les mesures appropriées pour éviter qu’Internet ne soit à nouveau utilisé pour susciter la haine et la discorde entre les Camerounais, et pour créer des troubles à l’ordre public».

En plus des Nations unies, plusieurs associations et Organisations non-gouvernementales (ONG) avaient plaidé pour le rétablissement de l’internet dans le Nord-ouest et le Sud-ouest du Cameroun, une situation qui aurait entrainé des pertes estimées à plusieurs milliards de francs CFA.

© CAMERPOST avec APA

PARTAGER