Cameroun – Retour au pays de la dépouille du Président Ahidjo : le gouvernement n’est pas opposé – 27/11/2014

Issa TCHIROMA, Ministre camerounais de la Communication
Issa TCHIROMA, Ministre camerounais de la Communication.

Le Ministre de la Communication camerounais Issa Tchiroma Bakary a donné récemment une interview à la radio nationale camerounaise. Il a réaffirmé la position du gouvernement selon laquelle l’initiative du rapatriement de la dépouille revient à la famille Ahidjo.

La récente sortie médiatique du ministre camerounais de la communication est en réalité une réaction à l’interview donnée par il y’a quelques jours à Karim Frank correspondant de RFI (Radio France Internationale) au Sénégal par la l’épouse de l’ancien Président camerounais Ahmadou Ahidjo. Germaine Ahidjo a soutenu qu’il existe des préalables au rapatriement de la dépouille de son mari. Aux rangs de ceux-ci, la réhabilitation complète de la mémoire de l’Ex-Président. Une condition déjà remplie selon le Ministre Issa Tchiroma qui explique : « que c’est en 1991 que le Président de la République, Paul Biya a promulgué une loi d’amnistie de portée générale et inconditionnelle et a gracié tous les héros nationaux de notre pays. Ceux-là qui, à un moment ou à un autre de notre histoire ont donné de leur sang, ont donné de leurs vies pour que nous accédions à l’indépendance ou ceux-là qui, au lendemain de l’indépendance ont accédé aux affaires et ont gouverné notre nation, le temps que ça a duré ; tous ceux là qui, à un moment ou à un autre de leur histoire se sont trouvés en porte à faux, en rupture avec les institutions de la Nation, à la faveur donc de cette loi d’amnistie promulguée par le Chef de l’Etat, leur mémoire a été réhabilitée et tous ont été graciés ». Seulement dans l’interview qu’elle a accordée à la Radio France Internationale, madame Ahidjo a clairement affirmé qu’elle ne possède plus de papiers camerounais. Ses documents lui ont été retirés par les autorités camerounaises. Logiquement il lui faudrait avant toute chose entreprendre une démarche afin qu’un passeport camerounais lui soit délivré. Visiblement l’ancienne première dame ne l’entend pas de cette oreille puisqu’elle estime que : « se sont les autorités camerounaise qui m’ont retiré mes papiers. Ces mêmes autorités doivent me les restituer ». Au delà des questions pratiques liées au rapatriement de la dépouille du Président Ahidjo il se pose des questions de forme. La famille doit-elle envisager un retour au pays des restes de l’ancien Président sans l’implication du gouvernement ?  Un ancien Président quelques soient les conditions  de son départ du pouvoir ne mérite t-il pas une cérémonie de mise en terre digne ? La famille peut-elle procéder au rapatriement puis à l’inhumation des restes du président Ahidjo dans la plus stricte intimité ? Pour Germaine Ahidjo la dépouille de son époux ne pas  rentrer au pays à la sauvette : « J’ai entendu dire au Cameroun que je ne voulais pas rendre le corps de mon mari. Ce n’est pas que je ne voulais pas le rendre. J’ai dit que je voudrais qu’on le réhabilite et que je le ramène officiellement avec sa dignité et son honneur. C’est tout ce que je demande ». Le message est donc clair la famille Ahidjo souhaite des obsèques officielles et une inhumation digne et cela seul le chef de l’Etat Paul Biya peut le décider.

© CamerPost – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz