Cameroun – Reproduction humaine : le centre endoscopique Paul et Chantal Biya fait des heureux et s’internationalise

Le CHRACERH, entendez-par là « le Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya » fait des heureux et n’arrête pas de susciter l’engouement et la curiosité des nombreux patients tant à Yaoundé et qu’au-delà des confins du territoire camerounais.

Cameroun – Reproduction humaine : le centre endoscopique Paul et Chantal Biya fait des heureux et s’internationalise

L’institut créé par la Première dame, Madame Chantal Biya a bonne presse, grâce aux prouesses qu’il réalise depuis sa création en 2016. Des couples qui avaient perdu tout espoir de procréation ont retrouvé l’espoir d’avoir des enfants à des âges avancés. C’est d’ailleurs ce « miracle » en reproduction humaine assistée qui bâti la belle réputation de cet hôpital désormais populaire et très sollicité par le public. Derniers exploits en date, deux couples camerounais âgés de 41 ans chacun, et qui étaient au bord du désespoir, viennent de donner naissance à leurs premiers enfants au CHRAERH, des suites des accouchements réalisés par césarienne, au terme de grossesses obtenues après fécondation in vitro. Très heureux, les couples en questions n’ont pas perdu du temps pour remercier le couple présidentiel camerounais, à la suite de moult prières élevées vers le Seigneur. À travers deux cartes de vœux et des missives de gratitude, les couples ont « grandement et infiniment remercié Paul et Chantal Biya pour ces naissances qui sont leurs renaissances à eux ».

L’un des couples concernés dit ne s’être jamais intéressé à la politique, mais il reconnait aujourd’hui l’importance et la pertinence du couple présidentiel qui lui a permis d’avoir un enfant à un âge critique. « Surtout, dit l’épouse, nous avons fait le tour partout sans suite, nous avons passé 10 ans à chercher cet enfants, jusqu’à ce que le couple présidentiel Chantal et Paul Biya nous donne l’occasion de procréer quand on y croyait plus du tout. Nous rendrons grâce à Dieu et nos remerciements vont aussi au couple présidentiel qui, dans sa sollicitude pour le peuple camerounais, a pourvu cet hôpital de référence en matière de lutte contre l’infertilité ». Pour ce bienfait inoubliable, les deux couples qui viennent de voir leurs familles s’agrandir sont désormais des Biyaïstes confirmés et convaincus : « On doit au couple présidentiel notre bonheur d’être parents », clament-ils haut et fort, un interminable sourire en bandoulière.

Pour tout dire, le Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya dirigé par le Pr Jean Marie Kasia, administrateur directeur général, fait des merveilles et gagne des lauriers auprès d’une opinion publique naguère sceptique. Aujourd’hui, le doute de la procréation assistée réalisée au Cameroun a cédé la place à la réalité. Le CHRACERH reçoit tout le monde. Les nationaux et les étrangers sont reçus par grosses vagues. Cette dernière tranche de personnes et de patients venus de la sous-région commencent véritablement à affluer en grands nombres au Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya, tant les échos qui s’envolent hors du pays dressent l’apologie de l’institut créé par le couple présidentiel.

Il n’est plus question d’aller consulter à l’étranger pour réaliser une fécondation in vitro ; encore moins pour une reproduction humaine médicalement assistée par des spécialistes en milieu tropical. Les techniques modernes de procréation médicalement assistée sont véritablement mises en œuvre au CHRACERH et donnent d’excellents résultats, avec un taux élevé de réussite. Bon à savoir, la fécondation in vitro constitue l’activité principale du Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya. En plus des fécondations in vitro, le Centre créé par Chantal Biya offre des services dans le paradigme de la chirurgie gynécologique classique abdominale et vaginale comme le col de l’utérus, par exemple, en plus des opérations en chirurgie endoscopique et la cancérologie. En un an, le centre a déjà rendu plusieurs familles heureuses en leur donnant des enfants inespérés, et à des âges avancés.

Dr Joachim Ndengue Edoa, gynécologue.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz