Cameroun – Rentrée solennelle à l’IRIC : on panse les blessures du scandale – 11/03/2015

Pierre Emmanuel Tabi with Prof. Menahem Blondheim, Academic Director of the Harry S. | © Archives
Pierre Emmanuel Tabi with Prof. Menahem Blondheim, Academic Director of the Harry S. | © Archives

Le directeur de cette école demande aux étudiants de faire table rase des derniers évènements survenus dans la filière diplomatie.

«Soyez des modèles dans vos comportements et vos études». En prononçant ces mots devant le corps enseignant et les étudiants de l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric), Pierre-Emmanuel Tabi, directeur de cette institution, s’est voulu clair et sans équivoque. Au moment où cette école démarre ses activités, l’atmosphère de tension, qui y a régnée ces derniers jours, fait ressentir, moins un malaise, qu’un soulagement certain. La filière diplomatie qui a retenu l’attention comptera finalement en son sein, 22 étudiants pour les deux prochaines années.

L’ambiance dans la salle Nb3 de l’Iric en ce 10 mars 2015, était digne de celle rencontrée dans ces hauts lieux du savoir, et qui rappelle ces écriteaux que l’on aperçoit au-dessus de certaines portes de bureau «silence, ici on pense». Il sera ainsi communiqué aux nouveaux étudiants, au-delà du discours de circonstance, le règlement intérieur de la prestigieuse école dont ils vont désormais faire partie. Le code vestimentaire ne sera pas en reste, «la prestance d’un diplomate est à la fois dans son être et dans son paraître», dira un enseignant.

«Je remercie le Seigneur, car c’est grâce à lui que nous vivons ces événements aujourd’hui», confie Joseph Stéphane Minka Minyem, un «membre» de ceux qu’on a appelé, «les admis de la première liste». Ils sont tous aujourd’hui des futurs diplomates. La compétition, s’il y en a une est actuellement située au niveau de l’examen de sortie. « Nous étions sereins quant au dénouement de cette situation. Notre école est prestigieuse et n’a pas besoin d’être trainée dans la boue sur la place publique. Nous formons des diplomates ici, alors notre maître mot est la discrétion», déclare un brin agacé, un agent de l’Iric.

Le concours d’entrée en master professionnel, filière diplomatie, année 2015 de cette école, a défrayé la chronique tout au long de la semaine qui vient de passer. Deux listes d’admis ont été signées, publiées et affichées à l’Iric, en l’espace de 24 heures. La disparition de quelques six noms de la première à la deuxième, a soulevé un tollé qui trouve son dénouement lundi dernier. Le chef de l’Etat a tranché en autorisant l’admission de tous les candidats des deux listes querellées. Au lieu de 15 admis à être formés pendant deux années en filière diplomatie, le nombre est porté à 22, par arbitrage présidentiel.

Après la cérémonie, quelques candidats se rendront encore au niveau du babillard comme pour vérifier que leurs noms y sont toujours affichés. Mais la liste n’a plus changé, elle comporte bien 22 noms, 22 jeunes camerounais heureux d’être d’ici peu, les dignes représentants de notre pays à différents endroits du monde.

Source : © Mutations

Par Georges Parfait Owoundi

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz