Cameroun – Rentrée scolaire 2014-2015: Les prix de 2 690 manuels scolaires restent inchangés – 18/08/2014

Le ministère du Commerce et les éditeurs ont reconduit leur entente qui a conduit à stabiliser les prix de 99% des livres inscrits au programme au Cameroun pour l’année scolaire qui commence dans trois semaines. Les prix des tenues ont quant à eux baissé de 300 Fcfa.

Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du Commerce.
Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du Commerce.

Le ministère du Commerce et les éditeurs ont reconduit leur entente qui a conduit à stabiliser les prix de 99% des livres inscrits au programme au Cameroun pour l’année scolaire qui commence dans trois semaines. Les prix des tenues ont quant à eux baissé de 300 Fcfa.

Les prix des manuels scolaires ne devraient pas connaître des changements pour l’année scolaire qui démarre dans trois semaines. Le ministre du Commerce, Luc-Magloire Mbarga Atangana, l’a annoncé dans la matinée du jeudi 14 août 2014 à Yaoundé. « Dans l’ensemble, les prix ne bougeront pas, qu’il s’agisse des enseignements secondaire, primaire et maternel», a indiqué le Mincommerce. De fait, apprend-on, 99% environ des manuels scolaires vont voir leurs prix inchangés par rapport à l’année dernière, quand ils ne baissent pas. « Et cette baisse est de l’ordre de 50 à 60% en fonction des livres », souligne Luc-Magloire Mbarga Atangana.

Le maintien ou la baisse des prix de la plupart des manuels scolaires est la résultante d’une entente entre le gouvernement et les différents maillons de la chaîne de valeur du manuel scolaire. Grâce à ces concertations qui se déroulent chaque année depuis 8 ans, 2 717 livres ont été homologués pour l’année académique 2014-2015. Les férus de statistiques verront donc que 2 690 livres connaitront une stabilité dans leurs prix. Quelques-uns connaîtront une « légère augmentation ». Dans le sous-système anglophone qui compte 1 455 titres, seuls 16 titres ont connu la hausse annoncée par les éditeurs. Et pour le sous-système francophone, 10 titres sur les 1 262 ont connu une légère hausse. Et pour boucler la boucle, 305 titres de manuels scolaires ont vu leurs prix revus à la baisse.

Pas dans les établissements

Au-delà de cette « grande stabilité » qui devrait réjouir les parents d’élèves à la veille de la rentrée scolaire, le ministre du Commerce a tenu à rappeler les règles de vente des manuels scolaires sur l’ensemble du territoire national. « Il existe des principes remontant à 2005 où l’on avait clairement indiqué que les livres se vendent en librairie et non dans les établissements scolaires », a indiqué le Mincommerce. Avisant que les contrevenants seront « sévèrement sanctionnés ». Cette pratique condamnée à juste titre par les libraires est courante dans de nombreux établissements scolaires du pays, alors qu’une école n’a pas vocation marchande. Luc-Magloire Mbarga Atangana insiste également sur le fait que les parents d’élèves doivent refuser et dénoncer « les ventes conditionnées» au cours desquelles les responsables d’établissements les obligent à acheter les manuels scolaires ou autres choses au moment de l’inscription de leurs enfants.

C’est dans la même veine que l’annonce a été faite que les tenues scolaires ne doivent plus se vendre dans les établissements scolaires. Le gouvernement a eu un accord avec 8 maisons de couture pour la confection des tenues scolaires pour l’année scolaire en gestation. C’est dans ces maisons et auprès des points agréés que les parents devront aller acheter les tenues scolaires. Celles-ci n’ont d’ailleurs pas échappé à la dynamique de baisse. Les promoteurs des maisons de confection et le ministre du Commerce ayant co-signé un protocole d’accord relatif au prix de vente des tenues scolaires, toutes tailles et tous sexes confondus. Et de manière générale, pour l’ensemble des tailles, l’on observe une baisse de 300 Fcfa par rapport à l’année dernière. Des brigades spécialisées du ministère du Commerce sont déjà à pied d’œuvre à travers le pays pour contrôler et faire respecter les prix homologués.

Source : © Le Messager

Par Alain NOAH AWANA