Cameroun : relancer le tourisme sinistré par l’insécurité

Relancer le tourisme sinistré par l’insécurité | Photo d'illustration
Relancer le tourisme sinistré par l’insécurité | Photo d’illustration

Le salon des professionnels du tourisme, IFTM Top Résa se poursuit à Paris. Une occasion pour le Cameroun de mettre en avant sa destination. Depuis 2012 son tourisme bat de l’aile. L’Extrême-Nord, la région la plus prisée des touristes occidentaux, souffre de l’insécurité liée à la présence des islamistes de Boko Haram. Le pays pâtit d’une image négative. Le Cameroun a donc décidé de changer de cible et mise sur le tourisme régional.

Sur son 31, prospectus à la main Daniel Nganhoul tient son stand avec fermeté. Le directeur de la promotion du Tourisme au Cameroun est bien déterminé à mettre les points sur les i. Boko Haram, il ne veut plus en entendre parler : « Boko Haram ne sévit que dans une région du pays, sur dix ! La région de l’Extrême-Nord. Aujourd’hui, tout le reste du pays est sécurisé et visitable en toute saison. »

Pour maintenir le secteur, le ministère du Tourisme s’est concerté avec les forces de sécurité du pays. « Pour les groupes organisés, on s’est mis d’accord avec elles pour qu’ils soient accompagnés de façon discrète », rassure Daniel Nganhoul. « De la même manière, les sites touristiques et les hôtels sont surveillés. »

Viser le tourisme sous-régional

900 000 personnes ont visité le Cameroun en 2015, dont la majorité provient de la sous-région. Le tourisme de chasse et de safaris, très prisé par les vacanciers occidentaux, est en dégringolade. En revanche, du côté des affaires, le secteur se porte bien.

Lire la suite à © RFI >>