Cameroun – Redhac : Haro sur l’arrestation de sept militants du Front Citoyen en RDC

Maximilienne Ngo Mbe, la directrice executive du REDHAC | Crédit photo : © Hurinews
Maximilienne Ngo Mbe, la directrice executive du REDHAC | Crédit photo : © Hurinews

Au Cameroun, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) s’est levé pour dénoncer cette situation. Dans une déclaration qu’a reçue CAMERPOST, le réseau se dit préoccupé par la persistance de nombreuses restrictions aux libertés d’expression et de manifestation pacifique, qui entraînent des arrestations et détentions arbitraires des membres des Organisations de la Société civile et de Défense des Droits Humains en République Démocratique du Congo (Rdc).

Le Redhac dénonce les abus perpétrés sur des militants du Front Citoyen venus participer le 27 juillet 2016 à une manifestation de soutien au dialogue national et au respect de la Constitution, comme tout citoyen congolais, et qui ont été interpellés, à tort. Puis incarcérés dans les cellules du parquet de Bunia. « Ce sont des arrestations qui interviennent dans un climat politique très tendu en RDC. L’opposition accuse le président Joseph Kabila de retarder volontairement les élections pour se maintenir au pouvoir au-delà de son mandat », écrit le réseau dans sa déclaration.

Lui qui dénonce avec sa dernière énergie toutes ces arrestations et détentions arbitraires, formes de stratégies utilisées par le pouvoir en place pour limiter la liberté d’expression, de manifestation et freine les actions des organisations de la Société civile et de Défense des Droits Humains en République Démocratique du Congo. Le Redhac demande également aux autorités de la République Démocratique du Congo de respecter la Résolution 281 sur le droit de manifestation pacifique de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples adoptée lors de la 55ème Session ordinaire de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, tenue à Luanda en  Angola du 28 avril au 12 mai 2014 ; de respecter les droits fondamentaux des citoyens congolais garantis par la Constitution congolaise et la Déclaration Universelle des Droits de l’homme de 1948.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz