Cameroun : Recul de deux places sur l’Indice du développement humain – 10/10/2014

Le Cameroun est passé passant du 150ème au 152ème rang sur l’Indice de développement humain (IDH), selon le rapport 2013 établi par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et présenté jeudi à Yaoundé, la capitale du pays.

Intitulé : ”Croissance inclusive et développement : le rôle du capital humain”, ce volumineux document, que APA a pu consulter, affirme que l’impact de la croissance sur le développement humain ne semble pas perceptible, et constate une stagnation du taux de pauvreté autour de 40% alors que l’espérance de vie à la naissance, de 53 ans en 1993, se situait à 51 ans en 2010.

Ce constat est d’autant plus paradoxal, selon le PNUD, que le Cameroun a renoué avec la croissance depuis 1994, dans une situation se traduisant par une amélioration du niveau de vie et de la qualité du capital humain jusqu’en 2001.

De même, le capital humain ne semble pas avoir un impact suffisant sur l’économie du pays, actuellement dominée par le secteur informel où opèrent 90% des travailleurs.

Si la conjoncture macroéconomique et le contexte sociopolitique peuvent certes expliquer l’évolution de l’IDH, si les situations de crise, récentes ou anciennes, n’épargnent généralement aucun pays sur le plan économique, il est, selon le PNUD et s’agissant du Cameroun, ”moins convainquant de justifier le retard de développement dans sa dimension humaine par l’apparition des chocs causés par les crises économiques, que par la manière dont l’orientation des dépenses publiques, le ciblage des pauvres et la redistribution sont pilotés”.

Entre 2010 et 2011, analyse le rapport, le déficit de développement humain potentiel a connu une évolution à la hausse dans le pays, passant de 0,156 à 0,161, une tendance qui révèle une augmentation des inégalités de niveau de vie, notamment de santé, d’éducation et de revenus.

De manière synthétique, l’incidence de la pauvreté dans le pays est évalué à 39.9%, le taux de scolarisation au primaire à 82.6%, le taux d’alphabétisation (15-49 ans) à 73%,le taux de prévalence du VIH/SIDA (15 à 49 ans) à 4.3% (les femmes sont les plus touchées), la superficie des aires protégées (hormis les réserves forestières) à 8%, et la proportion de la population ayant accès à l’eau potable à 59.8%

Pour le PNUD, la réalisation projetée de l’émergence au Cameroun à l’horizon 2035 reste tributaire de la disponibilité d’une main-d’œuvre bien formée, en bonne santé et adapté aux priorités économiques et sociales retenues par le pays, l’IDH ne pouvant s’améliorer que si d’importants investissements sont faits dans les domaines de l’éducation et de la santé.

En termes de principaux constats, il apparaît que les Camerounais émigrent principalement en direction des autres pays africains (Afrique du Sud et Guinée Équatoriale) et de l’Europe, seuls 3,2% migrant vers l’Asie et 8,9% vers l’Amérique.

Dans le même ordre d’idées, l’économie reste dominée par les activités peu demandeuses de main-d’œuvre qualifiée, le sous-emploi touche 71% des travailleurs, les personnes non scolarisées et les acteurs du secteur informel étant les plus affectées.

© Camer Post avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz