Cameroun : Réajustement du budget suite à la fluctuation des cours du pétrole – 20/01/2015

Alamine Ousmane Mey, ministre camerounais des Finances.
Alamine Ousmane Mey, ministre camerounais des Finances.

Le gouvernement camerounais n’écarte pas la possibilité de procéder au réajustement du budget de l’Etat estimé à 3746 milliards de francs CFA du fait de la fluctuation des cours du pétrole sur le marché mondial.

Si le prix du Brent sur le marché international affiche encore moins de 50 dollars le prix du baril, les prévisions de prix du brut dans le cadre de la préparation du budget de l’Etat du Cameroun pour l’année 2015 ont été de 89 dollars, soit plus de 49 dollars en moins que les prévisions du gouvernement.

Si le prix du brut ne reprend pas rapidement la courbe ascendante, comme le prédisent d’ailleurs plusieurs analystes, la part des recettes pétrolières dans le budget 2015 de l’Etat du Cameroun, soit environ 20 de l’enveloppe globale, devraient être largement en dessous des prévisions.

Cette situation priverait le Trésor public d’importantes ressources et changerait la donne reconnaît-on au ministère des Finances, car ‘’on sera obligé de s’ajuster au fur et à mesure qu’on constatera des écarts entre prévisions et les réalisations”.

Toutefois, relève-t-on, le gouvernement ne saurait procéder à une révision globale des lignes budgétaires, comme on l’a vu dans certains pays africains producteurs de pétrole, à l’instar du Congo où ‘’le pétrole représente entre 80 et 90 pour cent de recettes du pays”.

‘’Ce n’est pas le cas du Cameroun, où le pétrole n’intervient qu’à 1/5e dans le budget de l’Etat”, fait-on remarquer avant d’ajouter que ‘’le Cameroun n’a pas les mêmes contraintes que ces pays-là”.

En tout état de cause, pour équilibrer son enveloppe budgétaire 2015 face à la baisse des prix du baril de brut, le Cameroun dispose d’une ‘’bonne marge qui peut se gérer simplement par une régulation budgétaire” qui consiste à resserrer les dépenses. Une autre possibilité consiste à trouver d’autres recettes.

‘’Jusqu’ici, on a vu des ordonnances du chef de l’Etat qui exonéraient d’impôts et taxes certains produits. On peut bien avoir des ordonnances en sens contraire”, a prévenu le gouvernement.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz