Cameroun : Réactions nationales et internationales sur la démission de Joseph Blatter – 04/06/2015

Sepp Blatter lors de l'annonce de sa démission de la présidence de la FIFA mardi 2 juin | RUBEN SPRICH / © REUTERS
Sepp Blatter lors de l’annonce de sa démission de la présidence de la FIFA mardi 2 juin | RUBEN SPRICH / © REUTERS

Suite à la démission du président de la Fédération Internationale de Football Association, Joseph Blatter, le Quotidien Mutations a tendu son micro à plusieurs personnalités qui se sont exprimés sur la question.

Joseph Owona, président du Comité de normalisation de la Fécafoot : Résoudre ce problème de gouvernance

Joseph Owona, président du comité de normalisation de la FECAFOOT | Archives/DR
Joseph Owona, président du comité de normalisation de la FECAFOOT | Archives/DR

“Il y a des nouvelles à deux niveaux: au niveau de la Caf et au niveau de la Fifa. Le président Blatter vient de démissionner (Hier. Ndlr). C’est son droit de démissionner s’il veut. Mais je dois dire, puisque je suis Africain que, nous avons été à l’assemblée générale de la Fifa et que le groupe africain dans sa majorité a soutenu la candidature de monsieur Blatter. Il a soutenu la candidature de Blatter pour deux motifs qui sont simples: ce qu’il a fait du développement du football en Afrique et en Asie. C’est ce qui a permis d’ailleurs à l’Asie de le soutenir. Deuxièmement, qu’on le veuille ou pas, monsieur Blatter a permis à la Coupe du monde de se dérouler en Afrique, je pense que l’un des problèmes est aussi là. Si la Coupe du monde peut se dérouler à Londres, à Paris, il n’y a pas de raisons qu’elle ne puisse pas se dérouler à Yaoundé, au Qatar parce que, le football est mondial. Ceci dit, il est évident qu’il y a des problèmes de gouvernance, je pense que la Fifa aura des ressources pour résoudre ce problème de gouvernance.

Joseph Antoine Bell, candidat à la Fecafoot : Pas une mauvaise nouvelle

Joseph Antoine Bell, ancien gardien de but international camerounais | Archives/DR
Joseph Antoine Bell, ancien gardien de but international camerounais | Archives/DR

Il a été logique avec lui-même. Il s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas échapper aussi longtemps aux affaires. Je ne crois pas que ce soit une mauvaise nouvelle pour le football africain. C’est le cas pour certains dirigeants du football africain. Le football africain n’a pas plus intérêt à la magouille que tout autre football. Ce qui est mauvais pour Hayatou n’est pas forcément mauvais pour l’Afrique et je ne crois pas que l’Afrique ait les moyens de présenter un candidat et en plus dans cette situation.

Greg Dyke, président de la Fédération anglaise de football : Réjouissons-nous

Greg Dyke, né en 1947, est un journaliste et animateur de télévision britannique, a été directeur général de la BBC de 2000 à 2004 | DR
Greg Dyke, né en 1947, est un journaliste et animateur de télévision britannique, a été directeur général de la BBC de 2000 à 2004 | DR

Il se retire. Il est parti. Réjouissons-nous… il n’y a rien d’honorable dans ce qu’a fait M. Blatter. Il n’y a rien d’honorable chez lui depuis des années. Les évènements de la semaine dernière ont débouché sur quelque chose qui l’a poussé à démissionner. Enfin nous allons pouvoir mettre de l’ordre à la Fifa. Nous allons pouvoir nous interesser à ces deux coupes du monde. Si j’étais le Qatar, en ce moment, je ne serais pas très à l’aise.

Franz Beckenbauer : La pression était grande

Franz Beckenbauer, footballeur international allemand reconverti entraineur puis aujourd'hui dirigeant au sein du Bayern Munich | DR
Franz Beckenbauer, footballeur international allemand reconverti entraineur puis aujourd’hui dirigeant au sein du Bayern Munich | DR

C’est une décision raisonnable. La pression était trop grande. Qu’il porte ou pas une responsabilité dans les scandales, il n’aurait jamais retrouvé le calme. Le problème de la Fifa tient au système.

Source : © Source

Par Mutations

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz