Cameroun – RDPC : Paul Biya décentralise la gestion du parti

Paul Biya a décentralisé la gestion du RDPC  | DR
Paul Biya a décentralisé la gestion du RDPC | DR

Le président national du RDPC a signé le jeudi 10 décembre 2015, une note portant nomination de responsables dans chaque région du pays. Une décision dont les implications vont changer le quotidien des militants à la base.

« Désormais nous n’avons plus besoin d’écrire au comité central chaque fois qu’un problème se pose au niveau de la base. Maintenant nous avons un interlocuteur qui portera notre voix », Nicolas Etoundi est militant enregistré au niveau de la section de l’Organisation des Jeunes du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (OJRDPC) de Yaoundé IIIème. Comme lui, nombreux sont les militants qui saluent des deux mains la décision du président nationale du parti. Désormais, les questions relatives au fonctionnement quotidien du parti se règleront à la base. C’est l’avis que partage l’un des conseillers du Secrétaire Général du parti de la flamme ardente « nous ne sommes pas qualifié pour commenter les décisions de notre hiérarchie néanmoins nous constatons avec le Secrétaire Général du RDPC que les délégations régionales du comité centrale sont des structures chargées de la supervision et de l’encadrement des organes de base ». Selon lui, il est question de rapprocher le parti des militants de la base. « Le RDPC n’est pas un parti élitiste mais un parti de masse », conclu notre source.

La décision ainsi prise par Paul Biya pourrait en outre traduire la volonté de réduire l’influence du Secrétaire Général qui passe pour un faiseur de rois au sein du parti de la flamme ardente. Les récentes opérations de renouvellement des organes de base ont bien illustré le malaise et la distance qui règne entre les militants de base et les élites du parti. Malgré la recherche du consensus prônée par la hiérarchie du parti dans la confection des listes, divers incidents ont émaillés le processus. Dans certaines sections et sous-sections les protagonistes en sont même venus aux mains.  Il est désormais question pour les responsables désignés par le président national de veiller au respect de la discipline ainsi que des consignes de la hiérarchie. C’est une sorte d’épée de Damoclès au-dessus de la tête de ces responsables régionaux, parce qu’ils seront les premiers indexés en cas de manquement.

Une autre lecture laisse croire que cette obéit à une logique stratégique dans la perspective des présidentielles 2018. 80 pour cent des responsables nommés sont soit de politiciens rompus soit de militants convaincus avec pour beaucoup des mandats électoraux (députés, sénateurs, maires). On observe très peu de technocrates responsables administratifs au premier plan. « C’est normal que nous préparions les futures élections parce que nous sommes un parti organisé et nos victoires sont mérités. Le choix des hommes relève de la discrétion de notre président national, lorsque nous aurons l’aval de notre hiérarchie nous expliquerons les enjeux et contours de ces nominations », souligne notre source au comité central.

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER