Cameroun – RDPC : Les caisses sont-elles vides ? – 19/11/2014

Paul Biya, Président National du RDPC.
Paul Biya, Président National du RDPC.

Le parti dirigé par le Président Paul Biya vient de lancer une campagne de placement de cartes d’adhésion. Une opération spéciale dont l’un des objectifs est de faire la distinction entre un sympathisant, un adhérent et un militant.

L’opération officiellement lancée par un communiqué rendu publique le 13 novembre 2014, relève de l’inédit notamment l’aspect communication. S’il est volontiers admis que quelques unes des sources de revenus d’une formation politique sont la vente des cartes d’adhésion et les cotisations des membres et sympathisants, force est d’admettre que le parti au pouvoir au Cameroun s’est toujours comporté comme une excroissance de l’administration. Les usages dans le fonctionnement du RDPC jusqu’ici ont laissé croire qu’il existe une catégorie de personnes qualifiées de personnes ressource. Ces  hautes personnalités, fonctionnaires et assimilés ; directeurs de société publiques ou privées ainsi que quelques opérateurs économiques ont très souvent fait montre d’une grande générosité dans leurs contributions financière. Jusqu’ici le RDPC a toujours été très discret quant à l’argent ou à ses potentiels sources de financement. Alors d’où vient-il qu’on nous parle aujourd’hui dans un langage à peine voilé d’une « opération spéciale de placement de cartes ».

 L’opération en question débute le samedi 22 novembre 2014. Ainsi, pour de nombreux observateurs de la scène politique, il est question pour le RDPC de procéder au toilettage et à la maîtrise de son fichier. Cette opération devrait donc permettre de définir avec précision le nombre des militants du parti et d’enregistrer de nouvelles adhésions. On devrait logiquement savoir le nombre d’électeur de chaque organe ainsi que les militants à jour de leurs obligations financières vis-à-vis du parti.

Sur le plan financier, l’opération permettra de renflouer les caisses d’un parti au sein duquel les traditionnels contributeurs notamment les hauts fonctionnaires et autres directeurs généraux de sociétés publiques hésitent à délier les cordons de la bourse avec l’ombre de l’épervier qui plane au dessus de leurs têtes. En effet depuis le lancement de l’opération de lutte contre les détournements de deniers publics baptisée « opération épervier », les contributions financières ont drastiquement baissé.

C’est donc un parti résolument en quête de financement qui explique que : « les cartes seront placées par les présidents de comités de base et les recettes sont encaissées par le trésorier de ces organes…les présidents de sections ne jouent qu’un rôle de supervision, d’encadrement et de mobilisation »

© CamerPost – Hakim ABDELAKADER

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – RDPC : Les caisses sont-elles vides ? – 19/11/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Siméon Songo

Ils veulent tromper qui? Ils comptent souvent sur les cartes?

wpDiscuz