Cameroun – Sanctions dans le RDPC : La commission de discipline rend sa copie – 16/09/2014

La commission mise en place pour connaitre des cas d’indiscipline relevés lors des dernières élections législatives et municipales, a rendu sa copie le lundi 15 septembre. La lecture de ce texte permet de constater que le tsunami annoncé dans les rangs du parti au pouvoir ne s’est pas produit.

Paul Biya, Président National du RDPC.
Paul Biya, Président National du RDPC.

Le chef de l’Etat, président national du RDPC, en apposant sa signature au bas de la copie sanctionnant les travaux de la commission de discipline, vient de tourner une page de l’histoire de la formation politique qu’il préside. Une page qui se tourne sans régler les problèmes de fond. Les divergences d’opinions et les diverses interprétations des consignes ou instructions du parti, qui ont justifié la mise en place de cette commission demeurent au sein du parti de la flamme ardente. Un militant de base à qui nous avons demandé de commenter ces décisions estime sous anonymat que : « c’est la montagne qui accouche d’une sourie en réalité les apparatchiks du parti se sont mutuellement protégés. C’est le menu fretin qui a été sanctionné ».

Pour illustrer son propos, ce membre du RDPC estime que de nombreux militants cités dans des cas d’indiscipline étaient en réalité opposés à la récupération du parti par les hautes personnalités et membres du gouvernement au détriment de la base. « Lors des dernières élections Municipale et législatives, des candidats ont été imposés aux militants par la hiérarchie du parti. C’est la principale raison qui a justifié des cas d’indiscipline. Chaque fois que le parti procédera de la sorte il y’aura toujours des personnes pour dire non. Comment peut-on vous demander de porter à la tête d’une mairie ou d’envoyer au Senat, quelqu’un que vous ne connaissez pas ? Cette commission s’était de la poudre aux yeux les vrais problèmes sont connus.  Par exemple le cas du professeur Pascal Messanga Nyamding qui a été traduit au conseil de discipline. Lorsque ce camarade est passé devant la commission, il lui a été demandé de dire pourquoi il insulte ses camardes du parti, principalement les membres du gouvernement dans les médias. Grande a été sa surprise, puisqu’il s’attendait à être questionné sur la situation du RDPC dans le département du Nkam. Il a d’ailleurs été le seul membre du comité central à passer devant la commission de discipline…tout cela n’allait rien produire de bon.» conclut ce militant.

La lecture de ce texte permet effectivement de constater que le tsunami annoncé dans les rangs du parti au pouvoir au Cameroun ne s’est pas produit. On assiste juste à une sorte de règlement de compte, sous forme de petite tape sur la main des plus faibles.   Au total, plus de deux cent membres du RDPC sont passés devant la commission pilotée par l’ex-Premier ministre et sénateur, Peter Mafany Musonge. Les sanctions prononcées vont de l’avertissement au blâme en passant par des lettres d’observations, des exclusions temporaires, et définitives.

© Camer Post – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz