CAMEROUN-RCA : Pourquoi la frontière a été fermée

Le gouverneur de la Région de l’Est Samuel Ivaha Diboua a ordonné la fermeture de la frontière entre le Cameroun et la République Centrafricaine. Une mesure qui intervient à la suite du meurtre d’un officier de police camerounais abattu dans la nuit de lundi à mardi dernier.

selekaIl s’appelait Felix Ngando Ndalle. Il était officier de Police de deuxième grade en service au poste frontière de Toktoyo dans la région de l’Est Cameroun. De l’avis du gouverneur Samuel Ivaha Diboua qui a relaté les faits à la radio nationale : « un élément de la sélaka le nommé Assan, a traversé la frontière en compagnie de quelques éléments, pour se rendre dans une vente à emporter. Pendant qu’il est au bar, il met mal à l’aise ses voisins de table des camerounais. Un gendarme camerounais lui fait des remontrances, en lui rappelant qu’il est en situation irrégulière puisqu’il était déjà 19h. Heure à la quelle les frontières devraient êtres fermées. Le lieutenant Assan n’a pas cru devoir faire attention aux remontrances. Une vive altercation éclate. Le centrafricain se plaint que le gendarme camerounais lui a arraché son badge. Le camerounais lui, ne se rappelle pas avoir arraché le dit-badge. Les voix s’élèvent dans le bar, l’officier de police Felix Ngando Ndalle en compagnie du premier adjoint au maire de Ouli et du chef de poste de gendarmerie interviennent pour calmer les deux belligérants. Après des explications, il propose au centrafricain de retraverser la frontière vue l’heure tardive et de revenir le lendemain  récupérer son soit disant badge.

La traversée de la frontière se fait juste en enjambant la rivière qui permet de traverser les tracées de la démarcation. En traversant cette rivière, Assan s’exprime en Sango ne sachant pas que le premier adjoint au maire comprend cette langue. L’adjoint au maire va révéler à l’officier de police qu’Assan et ses compères préparent des représailles et qu’ils vont chercher du renfort…la nuit tombée, les assaillants reviennent. Ils foncent vers la brigade de gendarmerie croyant peut être y trouver le gendarme recherché…n’ayant pas trouvé leur cible, ils se rabattent sur le poste frontière où ils trouvent la moto de l’officier de police avec qui ils ont échangé un peu plus tôt. L’officier était encore à l’extérieur de ses services quand ils ont ouvert le feu…les assaillants avaient des Kalachnikovs l’officier de police n’avait que son Pistolet Automatique. Les forces étaient disproportionnées…c’est ainsi que les centrafricains foncent droit sur l’officier Ngando Ndallé et l’abattent froidement ». Se sont les faits tels que présentés par l’autorité administrative de la Région de l’Est. Pour des besoins d’enquête, la frontière a été fermée uniquement au niveau du poste où l’incident est survenu. Une mesure prise  titre conservatoire.

Hakim Abdelkader

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz