Cameroun : encore un rapport biaisé

Michael Stephen Hoza, l'ambassadeur des Etats-unis au Cameroun, a démenti les informations selon lesquelles le pays serait l'un des plus dangereux au monde | © YouTube / Archives
Michael Stephen Hoza, l’ambassadeur des Etats-unis au Cameroun, a démenti les informations selon lesquelles le pays serait l’un des plus dangereux au monde | © YouTube / Archives

Face à la presse vendredi dernier, le ministre de la Communication a apporté la preuve de ce que le pays avance inexorablement malgré la guerre contre Boko Haram.

Une fois de plus, le Cameroun est la cible de certains médias qui le placent désormais au rang de pays parmi les plus dangereux au monde. Des médias qui prétendent s’appuyer sur un rapport du département d’Etat, le ministère américain des Relations extérieures et d’un organisme indépendant de ce pays. Le premier démenti à ces allégations est venu du plus haut représentant des Etats-Unis d’Amérique au Cameroun. L’ambassadeur Michael Stephen Hoza est en effet monté au créneau pour démentir ces informations. Le diplomate américain a tout de même rappelé aux citoyens de son pays les règles de sécurité en la matière pour des cas comme celle des régions de l’Extrême-Nord en proie à la lutte contre la secte islamiste Boko Haram et celle de l’Est qui subit des attaques de bandes armées venues de la République centrafricaine voisine. Un rappel somme tout normal dans les usages de ce pays.

Face à la presse vendredi dernier, le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary est revenu sur ces allégations pour s’insurger contre des informations qui tendent à faire croire à l’opinion que le Cameroun serait devenu un enfer pour tous ceux qui voudraient y vivre. Le MINCOM a certes rappelé que le pays mène actuellement une guerre contre la secte islamiste Boko Haram, mais Issa Tchiroma Bakary n’a pas manqué de souligner qu’après deux ans, cet ennemi est aujourd’hui considérablement affaibli, du fait de la réaction énergique de nos forces de défense et de sécurité et de la contribution de certains pays amis. Preuve de ce que le Cameroun est loin d’être cet enfer que l’on tend à faire croire, c’est le nombre de plus en plus croissant de touristes enregistré sur nos différents sites. Par ailleurs, sous la houlette du président Paul Biya, le pays continue de mener ses projets de développement pour l’atteinte de l’émergence à l’horizon 2035.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jean Francis BELIBI

  • Hortense Dt

    A qui voulez-vous faire croire que le ciel est bleu alors qu’il est noir, orageux et tempétueux? Continuez à jouer à l’autruche, vous vous mentez à vous-même et vous êtes de plus en plus ridicules.