Cameroun – Protection de la fortune publique : Concertation à Yaoundé des Institutions Supérieures de Contrôle des finances publiques d’Afrique francophone

Mbah Acha Rose Fomundam, ministre délégué à la présidence de la république chargé du contrôle supérieur de l’état (CONSUPE) | © CAMERPOST/HA
Mbah Acha Rose Fomundam, ministre délégué à la présidence de la république chargé du contrôle supérieur de l’état (CONSUPE) | © CAMERPOST/HA

Le Conseil Régional de Formation des Institutions Supérieures de Contrôle (ISC) des Finances Publiques d’Afrique Francophone Sub-saharienne (CREFIAF), à travers son Comité Régional de Renforcement Institutionnel, organise un colloque international sur la communication et la gestion des relations entre les ISC d’Afrique Francophone Sub-saharienne et leurs différent partenaires du 29 au 31 mars à Yaoundé.

Les travaux qui se tiennent à l’hôtel Hilton de Yaoundé ambitionnent entre autres de communiquer sur l’importance des Institutions Supérieures de Contrôle (ISC) des Finances Publiques auprès des gouvernements, des parlements et autres partenaires dans la construction d’une Afrique plus transparente sur le plan de la gestion des finances Publiques.

La cérémonie d’ouverture de ses assises a été présidée par Rose Mbah Acha Fomundam ministre camerounais en charge du contrôle supérieure de l’Etat. Dans son propos de circonstance elle tenue à souligner la nécessité pour les Institutions Supérieures de Contrôle (ISC) des Finances Publiques d’Afrique de toujours faire savoir leurs diverses actions. Dans cette logique, les travaux de Yaoundé visent à identifier les bonnes pratiques dans l’optique d’accroitre l’impact, l’efficacité et la pertinence des audits et autres missions de contrôles. Les experts issus de différents pays d’Afrique francophone devront partager leurs expériences respectives.

Selon  Herbert Noumoutié  premier président de la cour des comptes du Burkina Faso il est question de : « partager les bonnes pratiques en matière de communication avec les médias le parlement et la société civile. Il par ailleurs question de voir comment la presse peut accompagner le travail des institutions supérieures de contrôle des finances publiques de manière à donner plus de visibilité aux travaux, et faire connaitre les résultats des rapports. Ces rapports impactent forcement sur la vie des citoyens…aujourd’hui la vision des rapports de contrôle frappés du sceau du secret est dépassé ».

De manière claire il est faut désormais envisager l’éventualité de publier les rapports de mission de contrôle dans la presse. Si ce point de vue est accepté, sa mise en pratique devrait nécessiter une révision des textes organiques de certaines structures chargée de contrôler la gestion de la fortune publique. Au Cameroun par exemple, l’organigramme du CONSUPE souligne que les rapports de mission sont exclusivement adressés au Chef de l’Etat. Ce dernier décide alors de la suite à donner.

 

© CAMERPOST par Hakim ABDEKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz