Cameroun – Projets du plan d’urgence et des CAN 2016 et 2019 : Des mesures spéciales pour le dédouanement des équipements

Des mesures spéciales pour dédouaner les équipements des projets du plan d’urgence et des CAN 21016 et 2019 | Illustration/DR
Des mesures spéciales pour dédouaner les équipements des projets du plan d’urgence et des CAN 21016 et 2019 | Illustration/DR

Limitation des inspections des conteneurs, enlèvements sous palan (du navire au camion) pour éviter le stockage, exonération de la TVA, inspection à domicile, annulation des pénalités pour retrait tardif. Voilà quelques-unes des mesures que vient de prendre l’administration douanière camerounaise afin de faciliter les opérations de dédouanement des équipements importés dans le cadre des projets de construction des infrastructures sportives des CAN 2016 et 2019, ou encore des projets rentrant dans le cadre du plan d’urgence triennal 2015-2017.

Il est question, à travers les mesures sus-mentionnées, de contribuer à l’accélération desdits projets, eu égard à certains retards accusés dans leurs chronogrammes respectifs.

A titre d’exemple, à mi-parcours du plan d’urgence triennal doté d’une enveloppe de 925 milliards de francs Cfa, sa composante construction de logements sociaux n’a pas encore démarré, de même que restent attendus les équipements pour la réhabilitation des plateaux techniques de certains hôpitaux.

En ce qui concerne l’organisation des CAN 2016 et 2019, les travaux piétinent également. L’exemple le plus frappant est le projet de réhabilitation des stades annexes omnisports de Yaoundé et du stade militaire de la capitale, pour lequel le contrat attribué à la société chinoise Sinohydro a été résilié en février dernier, à neuf mois du démarrage de la CAN de football féminin 2016 devant débuter au mois de novembre prochain. A l’origine de cette rupture du contrat, a révélé le gouvernement, trois mois après le démarrage des travaux prévus pour durer 8 mois, Sinohydro n’avait réussi à réaliser sa prestation qu’à 5%.

Les mesures prises par la douane, qui impliquent également une disponibilité de tous les instants des gabelous, semblent très appréciées par les opérateurs économiques impliqués dans les projets du plan d’urgence et des CAN 2016 et 2019, au point où certains souhaitent qu’elles soient désormais généralisées ; de manière à rendre davantage compétitive la plateforme portuaire de Douala.

Source : © Investir Au Cameroun

Par BRM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz