Cameroun – Professions libérales : L’Ordre des avocats au Barreau veut mettre de l’ordre dans ses rangs

Nico Halle, président de l’assemblée générale de l’Ordre des avocats au barreau du Cameroun | © Nico Halle & Co.
Nico Halle, président de l’assemblée générale de l’Ordre des avocats au barreau du Cameroun | © Nico Halle & Co.

« Le linge sale se lave en famille », a-t-on coutume de dire. C’est ce que viennent de faire les avocats au Barreau du Cameroun lors de leur assemblée générale vendredi le 26 février dans la cité économique camerounaise.

Présidée par Me Nico Halle, la rencontre a permis aux professionnels du métier de souligner de nombreux maux qui ternissent l’image du métier. A l’instar de la corruption, l’indiscipline, l’abus de pouvoir, la quête du gain facile. Toutes choses qui ont poussé le président de ladite assemblée générale (Ag) d’inviter ses collègues à harmoniser les efforts dans l’optique d’éradiquer la corruption, être des modèles de transparence, mener une guerre active aux imposteurs, mettre fin au trafic d’influence puis relever la solidarité.

Pour cela, il est question que l’avocat prenne conscience de son rôle. Ainsi, d’après Me Nico Halle, les avocats sont les chiens de garde de la société toute entière. L’avocat touche toutes les couches de la société. Son rôle est capital pour le développement d’un pays. Il est chargé de défendre la justice, les justiciables, veiller au respect et à l’application des lois et de la constitution. Il a donc une obligation de s’engager dans la lutte contre la corruption qui est un crime contre l’humanité. Il doit être l’avant-garde de la lutte contre le détournement des deniers publics. Voilà ce qui ressort grossomodo de cette première phase de l’Assemblée générale. La prochaine jumelée aura lieu le 30 avril prochain. Ces rendez-vous multiples tiennent lieu de ce que le président de l’Ag a le droit de convoquer une, deux ou trois fois des assemblées, en fonction des moyens. Il peut aussi lorsqu’il y a des problèmes urgents relatifs à l’exercice de la profession convoquer une assemblée générale extraordinaire.

Créé en 1972 par la Loi N° 72/LF/5 du 23 Mai 1972 portant organisation de la Profession d’Avocat, l’Ordre des Avocats au Barreau du Cameroun a connu plusieurs modifications. Il fonctionne aujourd’hui sous la Loi N° 90/059 du 19 Décembre 1990 organisant la profession d’Avocat. Cette évolution textuelle s’est accompagnée naturellement de l’évolution fonctionnelle. Ainsi auront évolué les conditions d’accès avec la substitution de l’autorisation par Décret présidentiel à l’institution des examens d’entrée en stage et d’aptitude à la profession, sans oublier le serment si cher à la profession qui, du « Je jure de ne rien dire ou publier comme défenseur ou conseil, de contraire aux lois, aux règlements, aux bonnes mœurs, à la sûreté de l’Etat et à la paix publique et de ne jamais m’écarter du respect dû aux cours et tribunaux et aux autorités publiques » de la loi N0 87-018 du 15 Juillet 1987 portant réorganisation de la profession d’Avocat qui devait être prononcé devant la Cour Suprême, est devenu avec la loi de 1990 ci-dessus : « Je jure comme avocat d’exercer mes fonctions de défense et de conseil en toute indépendance avec dignité, conscience, probité et humanité, conformément aux règles de ma profession et dans le respect des cours et tribunaux et des lois de la République » qui est actuellement prononcé devant la Cour d’Appel.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa