Cameroun – Problème anglophone : Jean Nkuété évoque les émeutes de Bamenda

Jean Nkuété, secrétaire général du comité central du RDPC | Photo d’archives

Hier, le Secrétaire général du Rdpc a soutenu l’Etat unitaire.

Jean Nkueté et Elvis Ngolle Ngolle, respectivement Secrétaire général du Rdpc et Coordonnateur de l’Académie du Rdpc ont saisi l’occasion de la mise en oeuvre de l’une des principales résolutions du troisième du troisième congrès ordinaire du Rdpc hier pour réitérer leur attachement irrévocable à la forme unitaire de l’Etat. Constatant que la vie nationale se caractérise ces derniers temps, par des courants de revendications qui revêtent parfois des formes très violentes visant à remettre en cause les acquis unitaires de la République, Jean Nkuete a affirmé que « C’est un problème grave qui nous concerne tous.

Nous nous attelons activement pour y remédier et nous oeuvrons intensément pour la préservation de la paix sociale et la consolidation de l’unité nationale qui comptent parmi nos acquis les plus précieux. Je saisis l’occasion de la présente circonstance pour rappeler clairement et fermement l’attachement irrévocable du Rdpc à la forme unitaire de l’Etat et à sa détermination à en assurer la préservation et la consolidation ».

Il a par ailleurs ajouté que « nous en appelons à nouveau au calme dans les localités en proie au désordre, de même que nous invitons, une fois de plus, au dialogue et à la concertation dans la recherche des solutions aux problèmes soulevés ».

Lors des échanges, il a invité ses camarades à retenir que « ce qui se passe à Bamenda vise tout simplement à créer l’instabilité en 2017, le but visé étant les élections de 2018. Les fonctions des membres des délégations permanentes régionales sont des fonctions tampon. Je prends un exemple simple. Le Mfoundi a plusieurs sections et ses militants doivent tout faire pour restaurer la cohésion ».

L’ancien ministre et coordonnateur de l’Académie du Rdpc, le Pr Elvis Ngolle Ngolle n’est pas resté de marbre. Il trouve que le drame de Buea est malheureux car « Ce sont nos enfants qui ont été molestés par des policiers qui sont d’ailleurs les mieux formés en Afrique. Ils sont plus professionnels qu’avant. Il faut questionner ce qui s’est réellement passé à Buea.

Ceux qui ont été molestés sont des Camerounais. Le secrétaire général du Rdpc ne parle pas en l’air. Il faut tout de même dire que certains ont profité d’un mouvement républicain, des revendications légitimes des enseignants et des avocats pour exprimer des velléités sécessionnistes ; le plus étonnant, c’est que les revendications des enseignants et avocats n’ont rien à y voir ».

Source : © Le Jour

Par Jean-Philippe Nguemeta