Cameroun – Presse : La marche de Yaoundé contre Boko Haram alimente la controverse – 02/03/2015

Des Camerounais prennent part à une manifestation anti-Boko Haram à Yaoudé, le 28 février 2015 | © AFP
Des Camerounais prennent part à une manifestation anti-Boko Haram à Yaoudé, le 28 février 2015 | © AFP

La ‘’marche patriotique’’, organisée samedi dernier dans la capitale, Yaoundé par le collectif ‘’Unis pour le Cameroun : United for Cameroon’’ contre la secte islamiste nigériane Boko Haram, a soulevé des opinions divergentes dans les journaux locaux parus en début de semaine.

En chœur, Le Jour et L’œil du Sahel saluent une ‘’mobilisation monstre” contre le terrorisme qui affecte actuellement la région de l’Extrême-Nord, soulignant que des milliers de Camerounais sont descendus dans la rue pour crier leur dépit compatir avec les dizaines de victimes et galvaniser les forces de défense au front.

Parlementaires, membres du gouvernement, hommes politiques se sont retrouvés samedi dernier à l’initiative d’un collectif dont les membres ont de quoi se frotter les mains, renchérit le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune.

‘’Les Camerounais ont fait une bonne démonstration de patriotisme et d’union nationale contre un fléau qui constitue une sérieuse menace à l’intégrité et à la sécurité du territoire”, constate également Mutations.

Mais cette publication s’empresse aussitôt de dénoncer la ‘’récupération politique” de certains pontes du régime en quête d’attention médiatique, à la recherche de micros et caméras.

Sous le titre ‘’La savante récupération politique”, Emergence affirme aussi que les autorités camerounaises ont réussi à damer le pion aux organisateurs de ce soutien à l’armée.

Mais le plus virulent semble être le bihebdomadaire La Météo qui sous le titre : ‘’Yaoundé, 28 février 2015 : pourquoi je n’ai pas marché”, écrit : ‘’A Paris, au lendemain du massacre de Charlie Hebdo et du Super-Cacher par des fondamentalistes, c’est sur le lieu des crimes que des milliers de gens courageux, soucieux de la préservation de la paix et des valeurs républicaines, ont battu le pavé, sur de longues distances avant que ce vent de protestation et cette mobilisation contre l’obscurantisme n’atteigne le reste du pays.”

Pour cette publication, la marche de Yaoundé, à côté, à mille lieues de Fotokol, d’Amchidé ou de Dabanga, c’était un piège à cons ; une grosse escroquerie politique, un spectacle indécent de cris, de slogans creux avant de rejoindre les salons feutrés, les buvettes et autres restaurants après avoir donné l’impression de compatir aux meurtrissures d‘une guerre qu’un obscur mouvement veut imposer au Cameroun.

‘’Et, plutôt que de servir au peuple une mise en scène abjecte, les organisateurs de la +marche patriotique+ de Yaoundé eurent été bien inspirés d’organiser un coup de cœur, comme ce fut le cas à la veille du Mondial de football 1990, cette fois en faveur de nos vaillants soldats au front, des milliers d’orphelins, de veuves et de veufs, d’élèves menacés par une année blanche, de centaines de milliers de réfugiés ou de déplacés, etc.”

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz