Cameroun – Présidentielle 2018 : les transporteurs routiers aux côtés de Paul Biya

les transporteurs routiers aux côtés de Paul Biya | PATRICK KOVARIK/AFP
les transporteurs routiers aux côtés de Paul Biya | PATRICK KOVARIK/AFP

À la suite des hommes d’affaires de l’Ouest, ces acteurs apolitiques invitent le président national du Rdpc à se présenter au prochain scrutin président.

Les transporteurs routiers viennent d’accorder leurs violons au parc à camions du quartier Mvan à Yaoundé au cours d’un point de presse organisé par l’Association des acteurs des transports pour la paix et le développement (Atrapad). Sous la conduite du président Pierre Nyemeck Ntamack, les promoteurs du secteur, leaders d’organisations et autres travailleurs ont exprimé leurs remerciements au chef de l’État et à son gouvernement pour le train de mesures prises « en temps opportun », afin de lutter contre la vie chère au Cameroun.

Parmi ces mesures, il y a la baisse du prix des carburants (20 Fcfa sur le super et 25 Fcfa sur le gasoil,) à la pompe, l’augmentation des allocations familiales, la revalorisation des taux de cotisations sociales (qui passent de 7 à 8,4%), la réduction du coût de certaines taxes et impôts, l’institution de l’assurance volontaire, la réactivation du Fonds de garantie automobile, la création du Comité national de suivi des accidentés de la route, la mise à disposition d’un montant spécial de 100 milliards Fcfa pour la réhabilitation de certains axes routiers, l’aménagement de la Ring-road et la signature de l’arrêté portant création des brigades le transport routier clandestin.

En outre, ces acteurs apolitiques ont félicité les pouvoirs publics pour la réhabilitation des aéroports du Cameroun, la modernisation de la Camair-Co, le développement des nouvelles infrastructures ferroviaires et routières, le développement de nouvelles infrastructures ferroviaires et routières et l’aménagement d’un deuxième pont sur le Wouri.

Les transporteurs associés aux motos-taximen de la ville de Yaoundé dans leur démarche citoyenne, ont fustigé des maux auxquels le secteur est confronté. Le non-respect des résolutions issues des concertations tripartites, la promotion du transport routier clandestin par certaines autorités publiques, le prélèvement abusif de la Tva sur les passagers dans le transport interurbains des personnes et le nombre excessif des intervenants dans la chaîne des contrôles routiers sur les grands axes routiers et les corridors.

Source : © CRTV

Par Dieudonné zra