Cameroun – Présidentielle 2018 : bientôt l’appel de l’Ouest ?

Jean Nkuété, secrétaire général du comité central du RDPC. | Photo d'archives
Jean Nkuété, secrétaire général du comité central du RDPC. | Photo d’archives

D’après certaines sources, une poignée d’élites de cette région s’apprêtent à publier une motion de soutien appelant le candidat naturel du parti au pouvoir, à briguer un nouveau mandat à la magistrature suprême.

L’Ouest pourrait dans les prochains jours, emboiter le pas aux régions du Sud et du Centre qui ont récemment appelé le Président de la république, à travers des documents paraphés par certaines de leurs élites, à être candidat à sa propre succession à l’élection présidentielle prévue au Cameroun en 2018. La révélation est faite par le Sénateur Etienne Sonkin. Sur un post de l’élu du social democratic front (Sdf) du département Menoua, publié sur sa page Facebook le lundi 25 janvier dernier, l’on peut voir les photos de trois personnalités bien connues, originaires de la région de l’Ouest. A savoir, Madeleine Tchuinté, ministre de la recherche scientifique et de l’innovation ; Marcel Niat Njifendji, président du Sénat ; et enfin Jean Nkuété, secrétaire général du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Les écrits qui accompagnent ce post renseignent en effet que « ces personnalités originaires de l’Ouest ont engagé depuis peu, elles aussi, un projet d’appel à la candidature de Monsieur Biya Paul à l’élection présidentielle de 2018 au nom de l’Ouest-Cameroun ».  Visiblement, le membre du Sdf shadow cabinet, ne souhaite pas que toute une région soit incluse dans une démarche entreprise isolément par un groupuscule de privilégiés. « J’invite ici toute la jeunesse de l’Ouest profond à faire bloc afin de ne pas se reconnaitre dans cet appel qui n’engage que ses auteurs », martèle-t-il. Quant à lui, personnellement, il ne compte pas rester les bras croisés. « J’ai engagé depuis peu, une consultation afin de publier le moment venu le refus de la jeunesse de l’Ouest-Cameroun à ces manœuvres qui n’honorent pas le Cameroun, entravent la démocratie et visent à perpétuer la gérontocratie au sommet de l’Etat », conclut l’ancien maire de la commune de Dschang.

Source : © La Nouvelle Expression

Par Vivien Tonfack