Cameroun : Premières tendances deux mois après les APE

Premières tendances deux mois après les APE | Photo d'illustration
Premières tendances deux mois après les APE | Photo d’illustration

60 jours après l’entrée en vigueur, ce qui a changé côtés importations et exportations.

Un industriel basé à Douala, et dont l’entreprise compte s’étendre à Kribi, se réjouit d’au moins une chose : l’Ape Cameroun-Union européenne, entré en vigueur le 4 août dernier, a entraîné une baisse du coût d’acquisition de divers intrants industriels. Notamment des bitumes utilisés pour la construction de routes, « et qui n’étaient importés que d’Europe », explique-t-il. Autrement dit, il n’y avait pas de concurrence asiatique contre laquelle les incitations douanières dussent jouer pour ce produit. Concrètement, c’est donc un gain intégral. Mais on le sait, l’accord concerne bien d’autres produits. Et dans divers cas, la concurrence, chinoise notamment, joue.

A Douala, il n’est pas acquis que certains opérateurs économiques modifient leurs habitudes d’importation en raison de la préférence UE désormais instaurée. Pour des produits précis en tout cas (intrants de l’industrie plastique ou camions par exemple), dont le coût en Asie reste attractif, même majoré des frais de transport et des droits de douane (inchangés pour cette partie du monde). Cela dit, les opérations en direction de l’Europe (import-export) se sont poursuivies et le nouveau régime a, on s’y attendait, un certain impact. Pour les opérateurs économiques comme pour la douane.

Selon une note de synthèse sur l’impact a priori de l’APE sur les recettes douanières, au 14 septembre 2016 (soit 40 jours après l’entrée en vigueur de l’Accord), le gros des importations concernées porte sur les produits des codes 84 et 85. Ils sont les plus représentés en termes d’occurrence (respectivement 51,1% et 13,8%). Sans être exhaustif on peut mentionner : couveuses, moteurs électriques à courant, moteurs hydrauliques, machines à percer les métaux, machines à calculer électroniques, roulements à billes, détendeurs, chalumeaux guidés à la main, câbles de fibre optique, disjoncteurs, fiches et prises de courant, etc. Mais s’agissant du manque à gagner proprement dit, arrivent en tête les produits du code 48, pesant 37,1% du manque à gagner total. Il s’agit notamment des papiers, cartons, cartons kraft, papiers dits autocopiants…

L’APE a également entraîné des baisses de recettes douanières pour des produits d’importation comme les graines de tournesol, les plaques et films, des herbicides, des compteurs de gaz, etc. logés dans d’autres codes. Au total, le manque à gagner par produits, 40 jours après l’entrée en vigueur de l’accord, s’élevait à environ 51,5 millions de francs (sur une valeur imposable totale de 1 723 091 356 F, les droits liquidés n’ont été que de 448 094 593 F).

Source : © Cameroon Tribune

Par Alliance NYOBIA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz