Cameroun : Premier Salon dédié à l’investissement dans le secteur de l’électricité – 10/03/2015

Le Cameroun abrite son premier Salon dédié à l’investissement dans le secteur de l’électricité. | Photo d'illustration
Le Cameroun abrite son premier Salon dédié à l’investissement dans le secteur de l’électricité. | Photo d’illustration

Yaoundé, la capitale du Cameroun, accueille à partir de ce mardi 10 mars 2015, son tout premier salon national consacré aux investissements dans le secteur de l’électricité, notamment en zone rurale. Organisé par l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (ARSEL), en association avec la Fédération camerounaise de l’eau, de l’électricité et de l’électronique (FECAME), il sera question pour les participants, de réfléchir  sur les  opportunités d’investissement dans les énergies renouvelables et l’accès à l’électricité en zone rurale, a-t-on appris des organisateurs.

Au cœur de cet événement, il y aura surtout des échanges sur les résultats d’une étude produite par le cabinet Etude Engineering Development, qui a mis en évidence un certain nombre d’indicateurs. Il en ressort, par exemple, que le potentiel de production de l’électricité répertorié sur un peu plus de 200 sites  à travers le pays, donne des possibilités globales de production d’environ 304 mégawatts, pour un investissement estimé à 400 milliards de francs Cfa.

Des acteurs économiques associés au projet ont salué l’initiative. «Notre rôle est de nous assurer que les conditions sont réunis pour que PME, où qu’elle soit, puisse véritablement se développer. Aujourd’hui, on parle de transformation de nos produits, de création de valeur ajoutée, nous voyons dans les échanges de ce salon une opportunité réelle de bien cerner la question de l’investissement dans les secteurs de l’énergie et de pouvoir y apporter des réponses concrètes»,  fait savoir Lucien Ntamack Mahop, le Directeur général de ECAM (Entrepreneurs du Cameroun), un des mouvements patronaux du pays.

Du côté de l’union européenne qui a été un des gros bailleurs de fond de l’étude sus-mentionnée, on reste très positif. Selon la responsable du projet, investir dans le secteur électrique au Cameroun n’est pas une utopie. «Il est évident que la demande existe, tant au niveau du pays qu’au niveau de la sous-région. Donc, c’est un investissement rentable. Maintenant, comment faire pour transformer le potentiel en opportunité ? C’est là l’intérêt du salon, qui permettra de discuter de tous les aspects», a-t-elle déclaré.

Et des points de discussion, il y en aura énormément. Le secteur de l’électricité s’est beaucoup transformé au Cameroun, avec notamment une nouvelle législation qui autorise la liberté d’entreprise pour ceux qui souhaitent investir pour une production inférieure à 5 mégawatts par unité. Une disposition qui attend encore un décret d’application avant son entrée en vigueur.

Par ailleurs, l’étude a repéré une centaine de site capable de produire de l’hydroélectricité. Or, des analyses récentes montrent clairement qu’investir dans ce domaine n’est rentable qu’au-delà d’un certain volume et d’un certain marché. En plus, le producteur devra convaincre l’acheteur et unique distributeur actuel qui est Eneo, sans compter qu’un nouvel opérateur pourrait bientôt se greffer à cet acteur, à savoir la société de transport que le gouvernement met actuellement en place.

Source : © Investir Au Cameroun

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz