Cameroun – Premier conseil de cabinet de 2016 : Le communiqué final

Communiqué final du premier conseil de cabinet de 2016 | © SPM/Illustration
Communiqué final du premier conseil de cabinet de 2016 | © SPM/Illustration

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Philemon YANG a présidé la première session du Conseil de Cabinet de l’année 2016 ce jeudi 28 janvier (Hier, NDLR), à partir de 9H dans ses Services. Y ont pris part le Ministre d’Etat, le Ministre de la Justice Garde des Sceaux, les Ministres, les Ministres Délégués ainsi que les Secrétaires d’Etat. Les travaux étaient centrés autour des deux points ci-après :

  1. Un compte rendu du Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable «de la 21ème Conférence des Parties à la Convention de l’ONU sur les changements climatiques — COP21» ;
  1. un exposé du Ministre de l’Eau et de l’Energie sur «la mise en œuvre du Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga (PAEPYS) et du Projet de construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal».

Intervenant après le propos introductif du Chef du Gouvernement, le Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable a présenté un rapport des travaux de la 21èmeConférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques – COP21. Il en ressort que ces assises ont permis de renforcer le consensus sur les mesures de lutte contre les changements climatiques grâce à l’Accord de Paris. Cet accord prévoit de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2° Celsius. Il engage les pays industrialisés à verser aux pays en développement 100 milliards de F CFA par an à partir de 2020 au titre du Fonds Vert pour le Climat. Il suggère enfin que les contributions prévues déterminées au niveau national, présentées par chacun des 170 pays parties prenantes, soient révisés tous les cinq ans.

Le Chef de l’Etat a renouvelé l’engagement du Cameroun de réduire de 32% les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2035.

Le Ministre chargé de l’environnement a fait savoir que l’Afrique a été l’objet d’une attention particulière. Dans cette perspective, un sommet a réuni les Chefs d’Etat sur le thème «enjeux des changements climatiques et solutions africaines» le 1er décembre 2015. Les différents intervenants ont ébauché à cette occasion des solutions spécifiques à l’instar de la promotion plus accrue des énergies renouvelables, la lutte contre la désertification, la Grande Muraille Verte et la sauvegarde du Lac Tchad dont la superficie s’est rétrécie au fil des ans. Cette dernière problématique a ainsi été au centre du plaidoyer du Président de la République du Cameroun, qui a insisté d’une part sur l’importance du financement des actions de remédiation envisagées par les Etats concernés et d’autre part sur la gestion durable des forêts du Bassin du Congo. Dans le même ordre d’idées, le Chef de l’Etat a renouvelé l’engagement du Cameroun de réduire de 32% les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2035.

Le Ministre Délégué auprès du Ministre des Relations Extérieures, chargé du Commonwealth a fourni des informations complémentaires sur la stratégie 3 diplomatique en cours d’élaboration, devant permettre de capitaliser les retombées de la COP 21 en matière d’atténuation et d’adaptation au changement climatique ainsi que dans les domaines du financement, du transfert des technologies et du renforcement des capacités.

Après avoir pris acte de ce compte rendu, le Chef du Gouvernement a demandé au Ministre chargé de l’environnement d’élaborer une stratégie afin de permettre au Cameroun de tirer le meilleur parti du Fonds Vert pour le Climat, du Fonds d’investissement climatique, du Fonds d’adaptation au changement climatique, ainsi que des autres opportunités susceptibles d’être offertes par l’Accord de Paris. Le Ministre de l’Eau et de l’Energie a ensuite pris la parole pour procéder à la présentation du Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga (PAEPYS). Ce projet vise un apport additionnel de 300.000 m3/jour en vue de satisfaire la demande de la ville de Yaoundé, projetée à 254.000 m3/jour en 2022.

Le Ministre chargé de l’eau a indiqué que les infrastructures de ce projet, d’un coût de 399 milliards de F CFA, comportent principalement un ouvrage de prise d’eau à Nachtigal, une usine de traitement à Emana-Batchenga, deux stations de reprise à Nkometou III et Nyom II, un réservoir de tête sur le mont Ndindan à Yaoundé, la pose d’une conduite de 64 kilomètres environ entre Nachtigal et Yaoundé et de deux conduites à l’intérieur de la ville de Yaoundé.

Le Ministre a fait savoir que le projet sera réalisé par la société China National Machinery Industry Corporation (SINOMACH). Cette dernière, déjà présente sur le terrain, s’attèle actuellement à la construction de la base-vie principale et des bases-vie secondaires, indispensables au lancement effectif du chantier. Les aspects financiers du projet connaissent également une exécution satisfaisante. La convention de prêt a été mise en vigueur le 18 décembre 2015 par EXIMBANK CHINA. Dans ce cadre, le Gouvernement s’est engagé à mobiliser au courant des exercices 2015 et 2016 les contreparties attendues de l’Etat, représentant 15% du coût global.

Une société de projet est en voie de création entre les partenaires qui ont déjà pris des contacts avec divers prêteurs publics et privés, dont les promesses de financement se chiffrent à plus de 500 milliards de F CFA.

Concernant le Projet d’aménagement hydroélectrique de Nachtigal, le Ministre de l’Eau et de l’Energie a fait connaitre qu’il est le fruit d’un partenariat entre l’Etat du Cameroun, Electricité de France (EDF), la Société Financière Internationale (SFI) et Rio Tinto Alcan (RTA). Ledit partenariat a pour objectif la construction d’une centrale hydroélectrique de 420 mégawatts sur le fleuve Sanaga, au niveau de Nachtigal-amont.

Le coût estimatif du projet, d’environ 656 milliards de F CFA, devrait être affiné à l’issue du processus d’appel d’offres en cours pour le recrutement d’un constructeur. Une société de projet est en voie de création entre les partenaires qui ont déjà pris des contacts avec divers prêteurs publics et privés, dont les promesses de financement se chiffrent à plus de 500 milliards de F CFA. Le Ministre a  souligné que le montage financier prévoit que les ressources générées par l’exploitation de l’ouvrage assurent le remboursement du prêt contracté pour sa réalisation.

Les études de faisabilité étant achevées, il est prévu, dans l’attente de la finalisation du montage financier, d’amorcer quelques travaux préliminaires au premier trimestre 2016. Le lancement définitif de la construction est envisagé au quatrième trimestre 2016. Le Ministre a noté que le renforcement du réseau de transport de l’électricité, indissociable du projet Nachtigal, connaitra un coup d’accélérateur dès l’entrée en service de la Société Nationale de Transport de l’Electricité (SONATREL), créée le 8 octobre 2015 par le Président de la République.

Au terme des discussions consécutives à cette présentation, le Chef du Gouvernement a donné les directives idoines en vue de l’accélération des deux projets. Le Conseil s’est achevé à 11H./-

Yaoundé, le 28 janvier 2016

LE SECRETAIRE GENERAL DES SERVICES DU PREMIER MINISTRE,

Séraphin Magloire FOUDA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz