Cameroun – Précarité: Environ 6 millions de sous-employés -02/05/2014

Exerçant principalement dans le secteur informel, ils représentent un peu plus de 70% des personnes en âge de travailler dans le pays. C’est le véritable défi auquel doivent faire face les politiques de l’emploi au Cameroun.

© Photo Camer.beLes résultats de la première et de la deuxième enquête sur l’emploi et le secteur informel (Eesi), faites par l’Institut national de la statistique (Ins) montrent que le taux de chômage au Cameroun, au sens du Bureau international du travail (Bit) est bas. Il était de 4,4% en 2005 et de 3,8% en 2010. Il s’agit donc d’un « chômage naturel », donc incompressible, selon l’avis des économistes. L’on pourrait donc se réjouir de la situation du marché de l’emploi au Cameroun et de la politique de l’emploi qui a permis de parvenir à cette situation. Mais, une telle conclusion est erronée. Il faut en effet prendre en considération le niveau de sous-emploi qui est très important dans le pays.

Le sous-emploi global, qui synthétise les trois formes de distorsion sur le marché du travail, se situait autour de 70,6% en 2010, contre 75,8% en 2005. Il y a donc eu une légère amélioration entre l’Eesi 1 et l’Eesi 2 ; mais la situation reste grave. Elle l’est d’autant plus que la quasi-majorité des Camerounais qui « travaillent » se retrouve dans le secteur informel. La proportion d’actifs occupés exerçant dans l’informel se situe en effet autour de 90%. Les caractéristiques du secteur informel justifient clairement l’ampleur élevée du sous-emploi. En effet, au lieu de rester involontairement sans emploi, la plupart des personnes en âge de travailler préfèrent s’insérer dans le secteur informel, plus accessible que le secteur formel.

L’objectif du Dsce menacé

Le sous-emploi au Cameroun est donc le véritable défi à relever par la politique de l’emploi dans le pays. Une catégorisation a permis de ressortir trois classes de personnes en situation de sous-emploi : invisible, visible, et celles qui cumulent ces deux premières formes. Le sous-emploi visible concerne les cadres, les actifs occupés de niveau d’instruction du supérieur, et les travailleurs du secteur public. Le sous-emploi invisible rassemble les actifs occupés du secteur informel agricole, du milieu rural, les femmes, les aides familiales, les apprentis et les inclassables. Les statistiques officielles indiquent que « l’immense majorité des personnes actives occupées en situation de sous-emploi sont uniquement concernées par le sous-emploi invisible ». Ce qui représente une proportion de 82,2% des personnes sous-employées.

Pour mieux comprendre, et au sens du Bit et âgés de 10 ans au moins, il faut considérer que 6,3 millions de Camerounais actifs sont soit au chômage, soit en situation de sous-emploi. Parmi elles, l’on estime à 5,96 millions de personnes actives en situation de sous-emploi. Les femmes sont plus touchées que les hommes. Lorsque l’on distingue par régions, l’on se rend compte qu’à l’exception de Douala où le taux de sous-emploi global se situe à 44,3%, les autres régions enregistrent des taux supérieurs à 50%. Les valeurs extrêmes sont observées à l’Extrême-Nord (86,3%), au Nord (82,3%), à l’Ouest (79,5%) et dans le Nord-Ouest (78,3%).

Le gouvernement camerounais doit donc mettre en place des politiques efficaces et efficientes pour sortir les populations de cette situation. Malgré la baisse de 5,2 points entre 2005 et 2010, beaucoup reste encore à faire. Du moins si l’on veut atteindre l’objectif des pouvoirs publics, qui est de ramener le taux de sous-emploi global à 50% d’ici à 2020, tel que prescrit dans le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce). «Lorsque l’on observe qu’en six ans le taux de sous-emploi global a baissé de 5,2 points, lon est amené à se demander si en 10 ans, il pourra baisser de 20,6 points», s’inquiète en effet le rapport de l’Eesi 2. Qui montre tout de même quelques pistes à explorer, notamment la création d’emplois décents dans le cadre de la réalisation des grands projets structurants en cours.

Source : © Le Messager

Par Alain NOAH AWANA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz