Cameroun : Poursuite du projet controversé de logements sociaux – 26/01/2015

Jean Claude Mbwentchou, ministre camerounais en charge de l’Habitat et du Développement urbain. Photo d'archives
Jean Claude Mbwentchou, ministre camerounais en charge de l’Habitat et du Développement urbain. Photo d’archives

Le ministre camerounais en charge de l’Habitat et du Développement urbain, Jean Claude Mbwentchou, a annoncé dimanche la livraison en 2015 de 1675 nouveaux logements à Douala et Yaoundé, les métropoles économique et politique du pays, dans le cadre d’un programme débuté en 2009 et qui fait hurler de colère une grande majorité de citoyens.

Interrogé par la radio nationale, il a indiqué que les partenaires à la réalisation dudit programme, en dehors des nationaux, de Chine et de Suisse déjà présents sur le terrain, allaient s’élargir à des entreprises canadiennes, marocaines et au qatariennes.

‘’Il y a eu un problème de coaching au départ”, a reconnu Jean Claude Mbwentchou, s’engageant par ailleurs à laisser plus de marge de manœuvre au secteur privé aussi bien local qu’international.

Il reste néanmoins constant que le programme gouvernemental, qui comprend aussi l’aménagement de 50.000 parcelles constructibles dans les 10 capitales régionales, est considéré comme une arnaque politique par plusieurs observateurs en raison des conditionnalités d’accès particulièrement restrictives.

A titre d’exemple, pour les 400 premiers logements pilotes de Yaoundé, non seulement les tarifs de vente oscillaient entre 16,7 et 24 millions FCFA, mais en plus il était exigé un paiement cash, toute chose qui éloigne ce concept d’une offre de masse.

De plus, la lecture des noms des premiers acquéreurs laisse clairement entrevoir parmi les heureux élus des dignitaires du régime ou des hommes d’affaires, souvent à travers des prête-noms.

Au niveau gouvernemental même, on déplore l’implication timide des acteurs concernés par le programme dans la mise en place de la ‘’batterie de mesures préalables”.

Pour les nouveaux programmes annoncés, les pouvoirs publics comptent adopter ‘’une nouvelle stratégie orientée vers la production massive de logements (sociaux et de standing), permettant de résorber le déficit existant et accessibles à toutes les couches sociales, surtout les plus défavorisées”, dont la stratégie est déclinée en 11 points.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz