Cameroun : Plus de 500kg de poulet « congelé » saisis à Douala

Plus de 500kg de poulet « congelé » saisis à Douala | Illustration/DR
Plus de 500kg de poulet « congelé » saisis à Douala | Illustration/DR

Le coup de filet a été réalisé très tôt hier matin à Yassa par le Gmi N°2.

535 kg. C’est le poids total des 40 cartons de découpes de poulet congelé interceptés dans la matinée d’hier, 29 octobre 2015, à Yassa, à l’entrée Est de la ville de Douala, par le Groupement d’intervention mobile n°2. En détail, 18 cartons de gésiers et 9 cartons de pattes pesant 15kg chacun, 13 cartons de cuisses de 10kg par contenant. Des emballages sur lesquels on pouvait lire la provenance : Brésil. Comment donc cette cargaison a fait pour arriver jusqu’à la capitale économique camerounaise, sachant que le gouvernement a interdit l’importation de découpes de poulet congelé depuis 2006 ?

D’après les premières informations recueillies, le chargement était convoyé depuis Kye-Ossi, ville de la région du Sud, située à la frontière avec la Guinée Equatoriale, par une dame qui a été interpellée par le Gmi. Chargement qui aurait été destiné à la commercialisation à Douala. Au départ, à 3h du matin, les forces de l’ordre avaient été alertées par une personne de bonne foi qu’un minibus Coaster de l’agence « Elégance du Noun » venait de quitter Yaoundé avec une cargaison d’origine douteuse. Le dispositif habituel de Yassa a donc été mobilisé, le signalement du Coaster a été donné et au petit matin, les policiers ont stoppé le véhicule puis l’ont conduit à la base du Gmi n°2 à Bonanjo. Où le paquet a été dévoilé en présence du délégué départemental de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales du Wouri, Guy Iréné Mimbang, et de ses collaborateurs.

A la suite de ce coup de filet, le délégué a tenu à saluer l’apport entre autres de l’Interprofession des aviculteurs du Cameroun (Ipavic) pour sa collaboration. La frauduleuse marchandise a ensuite été mise à la disposition du Minepia pour destruction dans les locaux de la délégation du Wouri. L’enquête quant à elle se poursuit du côté des forces de sécurité et de la police judiciaire.

Source : © Cameroon Tribune

Par Rita DIBA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz