Cameroun : Plein feu au Kimoko 2014 – 04/08/2014

Pendant ce grand festival annuel de théâtre à Pointe-Noire au Congo, les deux représentants se sont illustrés une fois de plus par la qualité de leur travail.

Une scene de la pièce Attachez vos cadavres 1
Une scene de la pièce La guerre des fantômes
Une scene de la pièce La guerre des fantômes 1
David noundji sur scene
Il était là. Bien représenté parmi les sept pays présent au festival Kimoko à Pointe-Noire au Congo. La 7ème édition placée sous le thème « Quel théâtre pour une société équilibrée ? ». C’est le Cameroun. Porté haut sur les planchers par ses dignes artistes comédiens et conteurs. Jeannette Mogoun de la compagnie Racines et David Noundi de la compagnie Bena Zingui. Pendant les cinq jours du festival (15 au 20 juillet 2014), les deux artistes ont participé à des ateliers de contes, de mises en scène tout en montrant leur savoir-faire sur la scène. Ce festival est « un véritable carrefour de la scène congolaise regroupant une fois de plus, différentes formations venues d’Afrique pour des moments riches en émotion et inventivité. C’est un espace d’échange et de partage », rappelle le comité d’organisation.

En thème d’échange, le conteur camerounais David Noundji a animé avec brio deux ateliers au Centre culturel Jean Baptiste Tati Loutard de Pointe-Noire. Les participants à cet atelier étaient à la fois des jeunes et des adultes tout heureux à la fin. Dans la même lancée, il a, avec sa compagnie Bena zingui, présenté aux festivaliers la pièce « Il était 14 fois ». Un texte écrit par l’écrivain camerounais Patrice Kayo dont-il est le metteur en scène et le comédien. D’autres ateliers de mise en espace d’un texte lu dont a pris part David Noundji ont été animés par Harvey Massamga du Congo Brazzaville au même centre. Pendant ce temps, Jeannette Mogoun dit MJ de la compagnie Les racines intervenait dans la pièce « Thérapie aux abords du quai » du théâtre des coulisses. Pour sa deuxième participation à ce festival, elle estime que « le festival Kimoko a grandit de plusieurs échelons sur le plan technique et de la programmation. Les organisateurs s’occupent tellement bien des artistes parce qu’ils connaissent leur valeur, celle de l’être humain. A chaque participation, on se frotte aux autres artistes, on voit comment ils travaillent, essaie de nous améliorer et c’est le théâtre camerounais qui en profite et grandit davantage. Ce festival à beaucoup d’avenir ».

Du côté de l’organisation, le bilan est aussi positif. C’est pourquoi, « je suis plus que content parce que nous avons réalisé tout ce qui était prévu être fait : les spectacles, les ateliers, etc. Tous les artistes invités étaient présents. Le public était important par rapport aux éditions précédentes. La création que nous attendions du Théâtre des coulisses, « Thérapie aux abords du quai » d’Huguette Massanga avec les comédiens du Congo et du Cameroun et une scénographie gabonaise a été réalisée », explique Jehf Biyeri, le directeur artistique dudit festival. Et de poursuivre : « Trois objectifs principaux sont à travailler sur le plan artistique : s’ouvrir à l’Afrique de l’ouest, aider à la réalisation d’un spectacle de théâtre qui fera intervenir plusieurs corps de métiers du théâtre, et enfin mettre en avant une dramaturge distinguée deux fois par le prix de meilleure écrivaine de Pointe-Noire. Tout ceci a été réalisé avec succès. En tant que directeur artistique du festival international Kimoko, je suis satisfait de la tenue de cette 7ème édition ». Rendez-vous l’année prochaine.

© Camer Post – Frank William BATCHOU

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz