Cameroun – Plan d’urgence triennal : l’Adamaoua met les bouchées doubles

L’Adamaoua met les bouchées doubles pour le Plan d’urgence triennal | Ph. © CT

Les projets attribués à cette région entrent dans la phase décisive d’exécution. Revue des chantiers

« Le Money Time ». Cet anglicisme généralement utilisé dans les milieux sportifs pour décrire l’instant décisif d’un match s’applique à l’exécution du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance économique (PLANUT) dans l’Adamaoua. Les projets affectés à la région dans le cadre de ce programme de développement initié par le chef de l’Etat, Paul Biya, entrent en effet dans la phase décisive de leur réalisation. C’est le constat qu’a pu faire C.T après une visite de terrain. Que ce soit à Wakwa, village qui abrite l’abattoir industriel et frigorifique de Ngaoundéré ou encore à Beka Hossere, site retenu pour les 100 logements sociaux, les chantiers connaissent une évolution satisfaisante.  Les travaux de l’abattoir industriel sont même presque achevés depuis décembre dernier. La seule préoccupation de l’heure de ce côté est le bitumage de la bretelle devant relier la route principale, l’axe Ngaoundéré-Meiganga à l’abattoir. A une dizaine de kilomètres de Wakwa, un autre chantier du PLANUT retient l’attention depuis quelques semaines. Le programme des 100 logements sociaux entre aussi dans sa phase concrète de réalisation à Beka Hossere. Les fondations des bâtiments seront achevées dans trois à quatre semaines, selon le pronostic de Boutros Baissary, le chef de chantier. La construction de la cité a été lancée le 17 janvier dernier.  Elle sera livrée à la fin de cette année, souligne-t-il.

Le responsable de Alliance Constructions, l’entreprise marocaine qui exécute la prestation, jure que « les délais contractuels seront respectés ». Juste en face de la cité en création se dressera l’Hôpital de Référence de Ngaoundéré, un autre projet du PLANUT. Selon des informations puisées à bonne source, la pose de la première pierre est imminente. Pour rester dans le secteur de la santé publique, la capitale régionale de l’Adamaoua tient déjà son Centre d’imagerie médicale. Il a été inauguré en juin 2015 par le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda.  Dans le volet travaux publics, le projet phare du PLANUT est la construction de la route Ngaoundéré-Tignère. Avec le bitumage annoncé du premier lot Ngaoundéré-Pont de Paro d’une longueur de 70 Km, c’est le désenclavement du département du Faro-et-Déo qui est ainsi amorcé. Pour le volet sécurité, la construction des brigades de gendarmerie et de police dans les zones frontalières s’accélère, comme a pu le constater C.T lors d’une descente à Galim-Tignère. Cette ville est, en effet, bénéficiaire d’une caserne militaire futuriste. Le secteur de l’eau et de l’énergie n’est pas en reste. Dans l’Adamaoua, il était prévu la construction de 100 forages. Là aussi, les résultats sont satisfaisants. Dans l’énumération, l’aménagement du barrage hydroélectrique de Bini Warak d’une capacité installée de 75 mégawatts ne saurait être passé sous silence même s’il ne rentre pas stricto sensu dans le PLANUT.

De loin, c’est le projet le plus gigantesque en cours d’exécution dans l’Adamaoua, région qui se frotte déjà les mains à quelques mois de l’évaluation de la première phase du Plan d’urgence lancé triennal lancé en décembre 2014 pour une période d’exécution de trois ans.  CT a visité les chantiers.

Source : © Cameroon Tribune

Par Brice MBEZE

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz