Cameroun – Plan de Réponse Humanitaire : déjà 5 milliards de FCFA pour les réfugiés dans l’extrême-Nord

Déjà 5 milliards de FCFA pour les réfugiés dans l’extrême-Nord | © AP/ILLUSTRATION

L’annonce a été faite par La Coordinatrice du système des Nations Unies au Cameroun. Une somme qui compte pour la première phase des actions en faveur des réfugiés et déplacés internes dans la région de l’Extrême-Nord.

Le système des Nations Unies passe de la parole à l’acte. Le déblocage de la somme de 5 milliards de FCFA entre dans le cadre du Plan de Réponse Humanitaire 2017 en direction des réfugiés et les déplacés internes comptabilisés dans la région de l’Extrême-Nord avec comme point focal, le Logone et le Chari.

Agir le plutôt possible

L’ampleur de la crise humanitaire est tellement importante qu’il faut agir au plus vite. Depuis 2014 en effet, les besoins se font de plus en plus croissants. A chaque attaque de Boko Haram, un flux de populations.

Pour cette année 2017, ce sont un peu plus 1,6 millions de personnes à qui une aide plurielle est nécessaire, selon Najat ROCHDI « Nous commençons l’année avec optimisme. Nous commençons avec 10 millions de dollars qui seront consacrés exclusivement au Logone et Chari et surtout pour les déplacés internes et les communautés hôtes. Elle ajoute, je pense que je ne peux conclure sans réitérer l’engagement du système des Nations Unies, des partenaires, des ONG internationales et de toutes la communauté humanitaire pour appuyer justement l’assistance humanitaire au Cameroun » a déclaré la coordonatrice du système des Nations Unies au Cameroun.

Cible et usage

Les sommes disponibles pour cette première phase de la prise en charge concernent les déplacés et communautés voisines du département du Logone et Chari. Cette aide est orientée, notamment pour 90 000 réfugiés nigérians, 20 000 personnes vivant dans les villages voisins du camp des réfugiés de Minawao. A ceux-là, il faut ajouter 200 000 déplacés, 36 000 retournés, et 250 000 populations hôtes. Pour tout ce beau monde, des dénominateurs communs : insécurité alimentaire, malnutrition, épidémies entre autres.

D’autres travaux adjacents sont prévus : un accent mis enfin sur la fourniture de l’aide, le suivi, la récolte des données sur les risques divers auxquels ils sont exposés. Les études doivent être analysées puis intégrées dans le programme humanitaire.

Et pour y parvenir, la coordonatrice du système des Nations Unies au Cameroun estime qu’on ne peut pas tout engager à la fois, précisant à la suite que le travail sera fait par priorité et par secteur « La mobilisation bien sûr, sur la supervision de monsieur le gouverneur et de tous les services. Une mobilisation de tous les acteurs humanitaires qu’ils soient onusiens ou qu’ils soient partenaires. Et c’est une mobilisation également au niveau social et de la performance des représentants » selon la diplomate onusienne, Najat ROCHDI.

En 2016, les partenaires humanitaires ont appuyé le Plan d’action humanitaire national en mobilisant 80 milliards de FCFA. Et pour le Plan Réponse Humanitaire 2017-2019, on estime à 140 millions, le budget nécessaire pour la prise en charge totale de 3,5 millions de personnes.

 

© CAMERPOST par Augustin TACHAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz