Cameroun – Place portuaire: Le plan de la Douane pour désengorger le port de Douala – 29/05/2014

Il est question d’avoir d’autres infrastructures extra-portuaires. L’étude, déjà avancée, envisage la création d’un port sec.

Minette Libom Li Likeng, directeur général de la Douane (DGD).
Minette Libom Li Likeng, directeur général de la Douane (DGD).

S’il y a un problème récurrent au port autonome de Douala (PAD), c’est bien celui du manque des aires d’entreposage. Ce qui rallonge les délais de passage des marchandises. Pour apporter plus de célérité dans le traitement des dossiers sur la place portuaire, le directeur général de la Douane (DGD), Minette Libom Li Likeng, envisage la création d’un port sec.

En clair, il s’agira d’un grand espace d’entreposage des marchandises en dehors de l’espace portuaire. Les biens commerciaux y seront traités, au même titre que ceux entreposés dans l’enceinte portuaire. La réflexion relative à ce projet, précise le DGD, est déjà assez avancée.

La quatorzième session des contrats de performances tenue à Douala au siège du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam) a également permis à la voix la plus autorisée de la douane camerounaise de présenter les meilleurs partenaires sous contrat des trois derniers mois. Et pour mieux évaluer ces partenaires, «vous aurez désormais deux catégories: les leaders et les challengers», explique le DGD. Ainsi, de février à avril 2014, la liste des «leaders» présente en tête la société anonyme les Brasseries du Cameroun (Sabc), qui a respecté son contrat à 124,68 % et observe 70 % en circuit bleu.

Ensuite, Sorepco, avec ses 113,57% et 80 % en circuit bleu. La société Cogeni pendant les trois derniers mois a respecté son contrat avec la douane à 106,17 % pour 80 % en circuit bleu, D. Light totalise 106, 17 % et 90 % en circuit bleu, alors que la société Louis Dreyfus affiche 103, 69 % de contrat respecté et 80 % en circuit bleu.

La DGD présente également le groupe des entreprises «challengers». Ici, l’on retrouve Hévécam dont le top management a respecté le contrat de performance à 122, 22 %. D’autres entreprises suivent, à l’instar de LCI Orca avec ses 109 % de contrat respecté, Fimex, 109, 25 %, Congelcam 107, 93 %, Polypharma revendique 103,16 %, Laborex 101,57 % et enfin, Jaco et Azur qui présentent chacune 100 % d’engagement respecté.

Conséquence, pendant les trois derniers mois, explique la cellule en charge de la gestion des risques, c’est 173 milliards de FCFA que la douane a pu collecter.

De telles performances n’occultent pas le courroux de Mme Libom Li Likeng qui s’en prend à certains de ses collaborateurs douaniers qui ne respectent pas leur contrat préférant satisfaire leur égo. «Les trois derniers mois ont connu une tendance haussière des délais de passage. Cela est impardonnable. Je ne laisserai pas les apprentis sorciers nous éprouver. Si vous êtes fatigués, autant mieux vous retirer pour aller souffler à côté», a-t-elle indiqué, ton très ferme, mine grave, à l’endroit des douaniers véreux.

Mais, entre temps, huit patrons d’entreprise frappent à la porte des douanes afin de bénéficier des bienfaits des contrats de performance. A leur égard, le DGD avertit: «Soyez les bienvenus. C’est facile de monter à bord: Mais il faut savoir s’y maintenir».

Source : © Repères

Par Aloys Onana

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz