Cameroun – Personnes vivant avec le Vih-Sida : Les discriminations persistent – 04/03/2015

André Mama Fouda, Ministre Camerounais de la Santé Publique.
André Mama Fouda, Ministre Camerounais de la Santé Publique.

Le ministre de la Santé publique a lancé une campagne de communication y relative mardi à Yaoundé au cours d’un point de presse, pour que la stigmatisation des maladies cesse.

Les résultats de l’étude sur l’index de stigmatisation des personnes vivant avec le Vih (Pvvih) réalisée par le Recap + avec l’appui du Projet de prévention du Sida en Afrique centrale (Ppsac) indiquent que 23% d’entre eux ont perdu leur emploi ou leurs sources de revenus ;

81,2 % sont exclus des activités familiales et 72,4 des activités religieuses. Un tableau sombre selon André Mama Fouda, ministre de la Santé publique (Minsanté). « La discrimination et la stigmatisation sont réelles dans notre société et constituent des obstacles à la prévention du Vih-Sida », a déclaré le ministre. Et c’est donc pour remédier à cette situation que le Minsanté a lancé hier à Yaoundé, une campagne de communication sur la stigmatisation et la discrimination envers les Pvvih. Celle-ci va s’étendre tout au long de cette année. « Nous pensons parvenir à l’objectif. C’est possible avec des actions concrètes et c’est la somme de nos efforts qui permettra de lutter contre la discrimination et la stigmatisation », a ajouté le ministre. A sa suite, le président de Recap +, Michel Iriko, a conclu que cette campagne permet de susciter un espoir à jamais perdu. Une invite au changement d’attitude.

Aussi sera-t-il question pour cette campagne de sensibiliser, d’informer et d’attirer l’attention des populations sur les attitudes et pratiques discriminatoires à l’endroit des Pvvih. Et par là même encourager un sursaut individuel et collectif pour une meilleure inclusion de ces malades dans la société. Et comme il est relevé dans les différents spots conçus par l’Association camerounaise pour le marketing social (Acms) qui seront diffusés à la radio  et à la télévision y compris sur les affiches, un collègue, un ami ou un parent atteint du Vih est une personne à part entière qui mérite respect et amour. Un autre indice démontre que les milieux à fort index discriminant sont : médical, professionnel, familial et jeune.

Au cours du lancement de cette campagne, André Mama Fouda a interpellé les médias camerounais à s’approprier les différents messages, en tant que relais de l’information. Selon lui, c’est grâce à eux que les familles, les collègues, etc. seront édifiés sur les méfaits de la discrimination et la stigmatisation. En un mot, la campagne portera des fruits si les uns et les autres adhèrent. Il a, par ailleurs, remercié les différents partenaires au développement pour leur appui aux actions menées en faveur des Pvvih.

Source : © Cameroon Tribune

Par Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz