Cameroun – Performances des entreprises : Des jeunes diplômés à l’école du Benchmarking

Des jeunes diplômés à l’école du Benchmarking | © CAMERPOST/Linda Mbiapa
Des jeunes diplômés à l’école du Benchmarking | © CAMERPOST/Linda Mbiapa

Mercredi le 10 février 2016 était le dernier jour d’un séminaire de neuf jours organisé à Douala. Jeunes diplômés et cadres d’entreprises ont fait la connaissance d’un outil leur permettant d’évaluer comparativement les entreprises d’un même secteur.

Le Benchmarking est cet outil. D’après la Bourse de sous-traitance et de partenariat du Cameroun (Bstp) qui a organisé la rencontre, « il est question d’avoir des consultants capables d’assurer leurs fonctions auprès des entreprises ». Ce qui passe par la vulgarisation du Benchmarking. Il permet, a appris Camerpost, de faire une comparaison entre plusieurs sociétés du même secteur, en se basant principalement sur ses résultats et ses pratiques. La comparaison est axée sur le questionnement de toutes les fonctions de l’entreprise en termes de résultat et d’usage de travail, et précisément sur la base des axes principaux du tableau de bord prospectif qui sont  entre autres la finance, la gestion de la relation client, les processus internes et les ressources humaines.

Du 2 au 10 février 2016, une dizaine de participants ont pris des notes sur le sujet. Et ont été dotés d’instruments nécessaires pour évaluer objectivement leurs compétences et  même pour voir où se situent leurs entreprises respectives par rapport aux pratiques internationales. Le Benchmarking présente donc plusieurs avantages. Nathanaël Eyoum Madiba Kouoh, Benchmarking consultant, souligne : « les avantages que les petites et moyennes entreprises (Pme) peuvent avoir en utilisant le benchmarking sont larges  et tournent autour de l’implémentation de ce mécanisme au sein des Pme qu’il faut développer. Ça commence par le profilage, ensuite vient le benchmarking proprement dit ».

A propos de la Bourse de sous-traitance et de partenariat du Cameroun, c’est un centre de ressources qui permet le recensement des entreprises et leurs capacités techniques, leur mise en relation et leur évaluation. Elle a pour mission d’aider les entreprises à trouver de nouveaux clients et à développer leur clientèle afin d’être plus attractives. Les secteurs intéressés par la Bstp sont entre autres le génie mécanique, le génie électrique, le génie civil, le traitement des surfaces, les plastiques et le caoutchouc. Pour le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat qui a procédé jadis au lancement de la Bstp, cet outil vise à favoriser le développement des entreprises locales. La Bstp est mise en œuvre avec le concours de l’Organisation des Nations unies pour le Développement Industriel (Onudi) et de l’Union européenne.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa